UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Ticha Beav   Yom Chabbat
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Halakha

Rav Ovadia - La spécifité de ses décisions Halakhiques

Mercredi 30 Octobre 2013 | 18h53   Vue : 2165 fois
 
 
 
 


Le Rav Ovadia était considéré comme un des plus grands, si ce n’était pas le plus grand, des décisionnaires Halakhiques.

Au cours de sa vie, le Rav a écrit plus de 40 livres de responsa sur la Halakha, et ses livres représentent le socle de toute discussion Halakhique et de toute « Halakha tranchée », appliquée dans l’ensemble du monde juif.

Jusqu’à ses derniers jours, les questions les plus délicates et pointues posées dans les tribunaux rabbiniques étaient soumises au Rav pour qu’il tranche lui-même. Lors de ses obsèques à Jérusalem, ses enfants et en particulier le nouveau Richon Lé-Tsion, Rav Its’hak Yossef ont tous promis de perpétuer son enseignement et ses directives de décisionnaire.

Mais quelle était la spécificité de la « psika » du Rav Ovadia Zatsal ?

Avant de connaître les arguments clés sur lesquels le Rav za'l se reposait pour trancher la Halakha, il faut savoir que son approche était très influencée par la mission qu’il devait remplir. En effet, le Rav avait une ardeur énorme pour l’étude de la Torah. Il étudiait tous les jours jusqu’à 2-3 h du matin, ne dormant que 4 h par jour, et chaque instant libre était consacré à l’étude.

Le Rav était prêt à arrêter son étude uniquement pour s’occuper du peuple d’Israël qu’il aimait. Il estimait qu’il fallait l’encourager à respecter scrupuleusement la Halakha, sans pour autant imposer des décrets que le public ne pourra pas accomplir. Le Rav ressentait en lui la douleur et la difficulté de son prochain et cela s’est particulièrement remarqué dans les nombreux cas de 'Agounot (femme mariée dont le mari a disparu) qu’il avait traités et résolus.

Son sentiment de mission n’était pas seulement sur la Halakha, mais aussi sur le judaïsme de chacun. Il répondait à chaque invitation pour des cours de Torah et en profitait pour encourager chacun à se consacrer à l’étude et à l’accomplissement des Mitsvot.

Le Rav qui était la tête spirituelle d’un parti politique puissant et influençant dans la politique israélienne, n’avait qu’un intérêt : pouvoir à travers son influence améliorer le judaïsme général en Israël, et développer les écoles religieuses dans tout Israël pour donner une éducation juive à chacun. Il aspirait également à pouvoir construire des synagogues, des Mikvaot, et à permettre le développement des Yéchivot.

Conscient de l’importance de sa mission, le Rav s’appuyait sur trois bases Halakhiques essentielles pour trancher.

1re base : Koa’h déhétéra 'adif
Le Rav s’appuyait sur ce principe que la Guémara appelle Koa’h déhétéra 'adif (l’opinion de celui qui autorise est préférable).

Il estimait que la Torah ne nous demande pas de chercher des raisons pour interdire, mais au contraire : elle veut trouver des raisons pour permettre.

C’est pourquoi l’on compare la « psika » du Rav à celle de Beth Hillel : la Halakha était souvent tranchée comme eux parce que leurs approches étaient de chercher tous les arguments pour permettre ou à défaut pour alléger l’interdit.

2e base : Kibalnou da'at Maran
Rabbi Yossef Karo, auteur du Beth Yossef et Choul’hane 'Aroukh, avait été accepté par les communautés de son époque comme le principal Rav et décisionnaire d’Érets Israël. Le statut de Rabbi Yossef Karo est considéré comme celui du Mara déatra (le maître de l’endroit) que la Halakha oblige à suivre son opinion même si celle-ci est discutée par d’autres décisionnaires. Depuis la parution du Choul’hane 'Aroukh, beaucoup d’opinions ont été écrites et au fil du temps, la Halakha n’a pas toujours été suivie selon le Choul’hane 'Aroukh. Rav Ovadia a pris sur lui la défense de l’opinion du Choul’han Arou’h tout en argumentant et de répondre aux questions des poskim sur lui, et de rétablir de suivre la Halakha comme lui, avec quelques règles de restrictions sur l’opinion du Choul’hane 'Aroukh, restrictions reconnues depuis l’écriture du Choul’hane 'Aroukh.

De plus, le Rav Ovadia a mis en évidence l’opinion des poskim séfarades, car tous les livres du Choul’hane 'Aroukh imprimés de l’époque étaient en provenance des pays ashkénazes, et tous les commentateurs n’avaient pas connaissance des opinions et même des coutumes séfarades, et donc il devait changer autour de lui beaucoup de Halakhot qui étaient basées sur les poskim ashkénazes, mais pas toujours en accord avec le Choul’hane 'Aroukh ou des poskim séfarades.


3e base : Trancher selon la majorité
Lorsqu’au Beth-Din (tribunal rabbinique) il y a plusieurs opinions pour trancher un problème, la Torah nous indique de suivre celle de la majorité.

Le Rav par sa connaissance phénoménale des poskim, regardait toutes les opinions au fil des années et leurs tendances et à travers cela il s’appuyait sur la majorité surtout si par son étude personnelle il était arrivé à la même conclusion. Cette particularité était unique à lui, car dans les 100 dernières années au moins, on ne trouve pas un Rav d’une connaissance aussi vaste et enrichie dans les livres des Richonim et A’haronim et des Poskim.

Rav Ouri Banon, roch kollel Kol Its’hak et Rav de Ramot 06


Le Rav Ouri Banon reçu par le Rav Ovadia Yossef

Source du texte : Hamodia





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Synagogue de Boulogne-Billancourt
http://synaboulogne.blogspot.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo