UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Élloul   Yom Chabbat
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Dvar Tora

La Dimension Humaine

Dimanche 6 Mai 2007 | 12h34   Vue : 3792 fois
 
 
 
 

La Dimension Humaine


Le don de la Tora


Le don de la Tora eut pour témoins plus de deux millions de personnes, hommes, femmes et enfants. Tous rassemblés au pied du mont Sinaï. Deux millions d’âmes qui eurent le privilège, unique dans l’histoire du monde, de vivre le dévoilement de la « Gloire Divine».

Cet événement
exceptionnel est commémoré le jour de la fête de « Chavou’ote ». Cette fête n’est marquée par aucune « Mitsva » particulière en dehors de l’offrande (uniquement à l’époque du temple) de deux pains confectionnés à partir de farine de blé.


Il est remarquable de constater que 49 jours plus tôt, soit le deuxième jour de « Péssa’h », la Tora nous ordonne d’apporter l’offrande du « ‘Omèr », c’est à dire une certaine quantité d’orge, moissonnée aux alentours de Jérusalem.

Que s’est-il passé pendant cette période encadrée par deux offrandes, l’une à base d’orge l’autre à base de blé ?



Nos Sages nous expliquent qu’au moment de la sortie d’Égypte, les Béné Israël avaient atteint le 49éme degré d’impureté.
Chaque jour qui les rapprochait du don de la Tora leur permettait de se débarrasser d’un degré d’impureté et de s’élever d’un degré dans la pureté. En sortant d’Égypte, leur niveau spirituel, très bas, les situait au niveau de l’animal. Il leur incombait donc d’apporter une offrande d’orge, nourriture pour animal.






Après 49 jours, ils avaient atteint le 49éme degré de pureté et s’étaient élevés spirituellement au niveau de l’Homme. Ils pouvaient donc maintenant apporter une offrande de blé, nourriture humaine.


Le roi Salomon, l’homme le plus sage et le plus intelligent que la terre ait porté, après qu’il ait vécu toutes les expériences, conclut ainsi son livre «l’ecclésiaste » (Kohélèt): Vanité des vanités, disait Kohélèt, tout est vanité ! …

La conclusion de toutes choses écoutons-la: « crains D. et observe ses commandements ; CAR C’EST LA TOUT L’HOMME.




N’est digne du qualificatif « HOMME » que celui qui a conscience de ses racines, de la source de toutes les sources: le Créateur et le Maître du monde,
« HAKADOCH BAROUKH HOU ».






   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Hadaf hayomi
http://hadafhayomi.co.il/index.php?l=fr
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo