UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Spécial Hanouka   Yom Sheni
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Israël   |   France   |   International
 
  Accueil Infos Israël

Une question qu'on ne peut poser qu'à des juifs, en Israël, et en période d'attentats

Mardi 24 Novembre 2015 | 23h15  
 
 
 
 


Zone de l'attentat vue de la fenêtre de la synagogue.
Un des responsable de l'organisation ZAKA, a posé la question suivante:? Est-ce que les volontaires de l'organisation ZAKA ont l'obligation de cacher leurs Tsitsiote (fils au quatre coins du Talite) lorsqu'ils recueillent le sang ou les parties du corps d'une victime d'un attentat ?

Question qui peut paraitre étrange voire incongrue si l'on n'a pas quelques notions de Halakha (Code de la loi juive).

Le rav Yakov Rozé, président de l'assemblée des Rabbanim de ZAKA a apporté la réponse suivante : "Tous les bénévoles de ZAKA ont l'obligation de cacher leurs Tsitsiote lorsqu'il sont occupés à accomplir leur mission sacrée (de rassembler et récupérer toutes les parties des corps des victimes des attentats) pour la raison suivante :".

"Cette obligation repose sur le principe de " Lo’èg Larach ". Afin de pouvoir comprendre le sens de cette interdiction, il nous faut préciser la notion de « Lo’èg Larach » (littéralement, se moquer du pauvre). En l’occurrence, il s’agit du mort qui est considéré ici comme un « pauvre » car il est dépourvu de toute « Mitsva ».

En effet, ne faisant plus partie de ce monde-ci, la personne décédée est donc dépourvue de tout moyen d’accomplir les « Mitsvote ».

Il sera donc interdit de pratiquer une Mitsva dans l’environnement directe du mort ou tout simplement, de porter des signes ostentatoires de leurs accomplissement (Par exemple Tsitsiote ou Téfilline visibles de l’extérieur), afin de ne pas donner l’impression de se moquer de lui en réalisant un acte qu’il est maintenant dans l’impossibilité d’accomplir.

La source de cette « Halakha » est tirée du Choul’hane ‘Aroukh (Ora’h ‘Haïm chap.45 par.1) qui défend d’entrer dans un cimetière ou de se trouver près d’un mort dans un rayon de 4 « Amote » (environ deux mètres) avec des objets de « Mitsva » s’ils sont apparents car cela sera considéré comme un dénigrement du « Niftar » (personne décédée).

Avec les sortes de Talite que nous avons l'habitude de porter de nos jours, que ce soit un "Talite Katane" (petit Talite) ou un "Talite Gadol (grand Talite), nous avons donc l'obligation de cacher les Tsitsiote.

Dans le livre "Guéchèr Ha'haïm" page 65, il est stipulé que la loi concernant " Lo’èg Larach" reste valable même lorsque l'on traite seulement certaines parties du corps, ou que l'on s'applique à collecter le sang du défunt.

En conclusion, "Tous les bénévoles de ZAKA ont l'obligation de cacher leurs Tsitsiote lorsqu'il occupés à accomplir leur mission sacrée"

Que D-ieu protège le peuple d'Israël et fasse que cette question reste théorique dans l'avenir !

Univers Torah
   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
Synagogue de Boulogne-Billancourt
http://synaboulogne.blogspot.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo