UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Chavouote   Yom Hamishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Israël   |   France   |   International
 
  Accueil Infos Israël

Don d’organes autorisés en Israël

Dimanche 13 Avril 2008 | 20h35  
 
 
 
 

La Knesset a approuvé lundi soir 24 mars en deuxième et troisième lecture la proposition de loi « Mort clinique respiratoire », faite par le député Otniel Shneller (Kadima). Cette loi fixe une procédure médicale des plus détaillée quant au constat de mort clinique ; elle a pour but de permettre au public national religieux ou orthodoxe de donner des organes. Shneller a déclaré que la majorité des dirigeants des publics religieux soutiennent la proposition de loi : le rav Ovadia Yossef et le grand rabbin séfarade d’Israël, Shlomo Amar.

Selon la proposition d’Eldad, une personne qui donnerait un de ses organes recevrait la somme de 18 000 shekels pour la perte des jours de travail pendant la période de récupération qui suit l’opération et pour le temps passé dans des commissions qui décideront si cette personne est apte à donner un organe, examineront ses motivations et son état mental. Le ministère de la Santé, qui dirige la législation à ce sujet, a déclaré après l’approbation des propositions, que la loi éradiquera les commerces d’organes où sont mêlés des Israéliens, à l’étranger et dans le pays même.

Au moment du vote, une dispute a éclaté à la Knesset, après que le gouvernement s’est opposé à un des alinéa de la loi qui accorde un budget de 5 millions de shekels par an au centre national pour les dons d’organes, cet argent servirait à faire des campagnes, expliquer et encourager les dons d’organes.

Le député Eldad, à la tête de la commission qui a préparé la loi, a accusé le gouvernement de retarder le vote et d’empêcher les dons d’organes à cause de sa pingrerie. Finalement, la loi est passée avec une majorité de 38 voies.

Plusieurs députés qui étaient opposés à la loi ou à une partie de la loi, expliquaient qu’un dédommagement de 18 000 shekels crée un marché d’organes. Shelly Yachimovich (parti travailliste) a expliqué que, qui propose cette somme ne connaît pas la détresse existante en Israël. Selon elle, des mères célibataires à qui on a coupé l’électricité et qui sont menacées d’être expulsées de leur appartement, pourraient donner un organe pour recevoir l’argent.

La député Zahava Galon (Meretz) a indiqué : « La pauvreté n’est pas un hangar pour pièces détachées et le corps humain n’est pas une marchandise ».

La proposition de Shneller a crée un dialogue entre des rabbins, le ministère de la Santé et des médecins et a donné naissance à une procédure médicale qui fixe la mort clinique en répondant aux critères de la Halakha et à ceux de la médecine. Une commission spéciale formée de médecins, de rabbins et de spécialistes en éthique surveillera l’application de la loi et formera des médecins à décider de la mort clinique.

Afin de pouvoir utiliser la majorité des organes, à part les reins, il faut les prélever au stade de mort clinique respiratoire et non au stade de mort cardiaque.



Jusqu’aujourd’hui, les décisions de la Halakha à propos des dons d’organes étaient partagées en deux camps principaux. Les décisions des orthodoxes avec à leur tête le Rav Yossef Shalom Elyashiv qui ne reconnaît pas l’existence de la mort clinique et voient le prélèvement d’organes à ce stade comme un meurtre. Le deuxième camp, dirigé par des rabbins du courant national religieux reconnaissent l’existence de la mort clinique, mais ne font pas confiance aux médecins pour qu’ils la fixent selon la Halakha.

Pour pouvoir approuver la loi, le député Shneller s’est entendu avec les Rabbanim au sujet de la question de la mort clinque. Shneller a dit espérer que suite à l’approbation de la loi, les Rabbanim appelleront le public religieux à donner des organes. Les députés du parti séfarade orthodoxe, Shass, ont voté pour la loi, parmi eux, David Azoulay, Amnon Cohen et Nessim Zeev.

Cette loi stipule que la mort cérébrale d'un individu sera annoncée par des médecins qui auront reçu l'autorisation d'un comité directeur. Celui-ci sera composé de trois médecins, d'un expert éthique, d'un expert en philosophie, de trois rabbins et d'un expert juridique.

Nommés pour 5 ans, ces derniers seront seuls habilités à nommer les médecins capables de prononcer la mort cérébrale d'un individu.

Le professeur Jonathan Halevy, directeur général du centre médical de Shaarei Tsedek, a déclaré que cette loi permettrait d'augmenter le nombre de donneurs potentiels d'organes, en passant de 10 à 20%. Le même mercredi, les dons d'organes ont déjà commencé à augmenter.

La Knesset a aussi approuvé en deuxième et troisième lecture deux propositions de loi, qui pour la première fois font de l’ordre dans les dons d’organes. Une des propositions, faite par le député Arié Eldad (Ihoud leoumi-Mafdal), fixe le montant des dommages que recevront les donneurs. De plus, faire l’intermédiaire dans le commerce de dons d’organes sera reconnu comme une infraction passible de 3 ans de prison.

Source : Guysen International News mars 2008

Photos : Univers Torah
   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
Hébraica.org
http://www.hebraica.org/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo