UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Omer   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Les Fêtes

Pourquoi le 9 Av

Dimanche 7 Aout 2016 | 02h22   Vue : 6242 fois
 
 
 
 



      A travers l'épouvante du Moyen-âge, le judaïsme a fidèlement conservé le souvenir de cette année terrible - 70 de l'ère vulgaire - qui marque le début de son exil et de ses pérégrinations.

      Le 9 Av, en particulier, semble avoir été de tous temps prédestiné au malheur. Le 9 Av, Nabuchodonosor, 11 ans après avoir exilé le roi Yéhoyakim, marche sur Jérusalem, détruit la ville et le Premier Temple, exilant le peuple, ou une grande partie de celui-ci à Babèl. La tradition nous rapporte nombre de catastrophes qui se sont toutes déroulées le 9 du mois d'Av, et c'est en ce même jour que, à 656 ans d'intervalle, que le second Temple fut détruit par Titus. "Ce ne furent pas, dit le Midrach, les soldats romains qui incendièrent le sanctuaire, mais quatre êtres célestes qui, tenant en main chacun une torche enflammée, mirent le feu aux quatre coins de la maison".

      Le Talmud raconte : " Pendant l'incendie du premier Temple, les jeunes prêtres se formèrent en groupes et, tenant les clés du parvis entre leurs mains, ils montèrent sur le toit du sanctuaire et ils dirent: " Maître du monde, puisque nous avons trahi les valeurs dont tu nous avais confié la garde, nous t'en rendons les clés ! " Puis ils les lancèrent vers le ciel. Une main descendit à travers la fumée et se saisit des clés. Les jeunes prêtres sautèrent alors du toit et périrent dans les flammes".

      Le 9 Av est à ce titre considéré comme le début des deux exils. La tradition juive se préoccupe des raisons de la destruction du Temple.

      Quels furent les péchés qui amenèrent une telle punition ? Le Talmud en énumère plusieurs: "Jérusalem fut anéantie parce que :
- les parents n'envoyaient plus leurs enfants à l'école,

- on n'observait plus le Chabbate,

- l'immoralité dominait la vie publique,

- on ne respectait plus les chefs,

- chacun ne s'occupait que de son propre salut,

- on méprisait les hommes de science.


      Rabbi Akiba disait devant les ruines encore fumantes de la capitale: " C'est en prenant le deuil de Jérusalem que nous nous rendrons dignes d'assister à son renouveau".

      Et les Sages du Talmud voulaient que les mariages fussent nombreux et joyeux : "Celui qui prend part à l'allégresse des noces et qui contribue à la joie des fiancés est à considérer comme un homme qui a relevé une des ruines de Jérusalem ". Le Midrach rapporte qu’après la destruction du Temple, "des êtres célestes descendirent du ciel, prirent sur leurs ailes les pierres de l'édifice et les éparpillèrent dans le monde entier. Partout où tombait une pierre, une synagogue s'élevait". C'est pourquoi nos lieux de prières s'appellent Mikdach Mé’ate (temple miniature).


Les croisées à Jérusalem en 1099
      Le 9 Av fut par la suite associé à bon nombre de malheurs pour les Juifs :
- L'appel aux Croisades par le Pape Urbain II le 9 Av en l’an 4855 (1095).
- la destruction des communautés rhénanes lors des Croisades.
- Le brulement du Talmud(autodafé)à Paris le 9 Av 5002 (1242) bien que le Rav Yehiel ait remporté la disputation contre Nicolas Donin.
- La signature d'un décret d'expulsion des Juifs d'Angleterre par le roi Édouard Ier d'Angleterre le 9 Av 5050 (1290).
- Le décret de l'Alhambra, expulsant les Juifs d'Espagne, prit application le 9 Av 5252 (1492).


      Selon le Talmud, les synagogues construites dans l'exil ne doivent être considérées que comme temporaires puisqu'elles sont appelées à être un jour réédifiées dans le pays d'Israël. C'est pourquoi les synagogues babyloniennes étaient expressément construites ‘Al Tenaï, c'est-à-dire " sous condition " (Méguila 21b).

      " Toutes les joies sont puisées à la source de Ticha Béav. C'est maintenant un jour de deuil, mais D. le transformera à l'avenir en jour de fête, comme l'a prédit le prophète Jérémie : " Je changerai le deuil en allégresse et je les consolerai, je leur donnerai de la joie après leurs chagrins ".

      Pour conclure, nous rapporterons ici un des plus beaux poèmes de Rabbi Yéhouda Halévi. La tradition populaire rapporte qu’il fut tué par un cavalier arabe alors qu’il arrivait en vue de Jérusalem en récitant une de ses célèbres lamentations sur Sion : « Ô, la plus belle ville du monde, joie du monde, La cité que le roi de toutes choses a bénie, Vers toi, mon âme s’élance du plus loin des terres d’Occident. Tes pierres ne me sont-elles point chères, Et le goût de ton sol, à ma bouche, n’est-il point plus doux que le miel ? Jérusalem très aimée, trop aimée... Mon cœur se trouve au pays du matin (Orient) Tandis que moi je suis à l’extrémité du pays du soir (Occident). Comment pourrais-je goûter et savourer les aliments et accomplir mes vœux et mes serments Quand Sion est l’esclave d’Édom et moi enchaîné chez les Arabes ? Il m’est facile de renoncer à tous les biens de Séfarade car au-dessus de tout Je préfère contempler les poussières du sanctuaire dévasté. »





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Harmonia
http://www.harmonia-ness.com/harmonia.php
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo