UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Élloul   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Dvar Tora

Bar Kamtsa ou la haine gratuite

Vendredi 29 Juin 2007 | 09h49   Vue : 4276 fois
 
 
 
 

Bar Kamtsa ou la haine gratuite


Le festin

Dans la ville de Jérusalem vivaient deux Juifs: Kamtsa et Bar Kamtsa. Tous deux étaient riches et honnêtes, craignant D.ieu et accomplissant ses commandements. C’était au temps de l’occupation romaine, il y a près de deux mille ans. La ville de Jérusalem, malgré l’occupant, avait gardé son faste. Les gens de Jérusalem appréciaient le luxe et la beauté de la ville éternelle. Mais l’étude de la Tora s’était relâchée. Certains, parmi les zélotes, ne pensaient qu’à mettre l’occupant dehors et à libérer définitivement la capitale du royaume juif. C’est dans cette atmosphère d’euphorie que se situe l’histoire d’un homme, dont la chronique n’a même pas retenu le nom, mais qui fut à l’origine de la destruction du Saint Temple de Jérusalem.

Un jour, cet homme donna un grand festin auquel il invita tous les notables de la ville. Il envoya un serviteur inviter également « Kamtsa », son meilleur ami. Mais le serviteur ayant mal entendu se rendit chez « Bar Kamtsa », le pire ennemi de son maître. Malgré son grand étonnement, Bar Kamtsa suivit le serviteur, en pensant: « C’est une bonne occasion de mettre fin à un malheureux malentendu » Arrivé dans la demeure d’où montaient des voix entrecoupées de sons d’instruments à cordes et d’instruments à vent, ponctuées par les rythmes des tambourins, Bar Kamtsa prit place parmi les convives et se mêla à la conversation.


L'humiliation

Mais lorsque l’hôte, allant d’une table à l’autre pour saluer ses convives, aperçut Bar Kamtsa, il ne put contenir sa colère: «Que fais-tu ici? Va-t’en, hors d’ici, et tout de suite!»
— Puisque je suis là, répondit Kamtsa, permets-moi de rester, et je te rembourserai tout ce que j’aurai mangé et j’aurai bu.
— Tu te moques. Hors d’ici, te dis-je.
— Je te payerai la moitié du banquet, ajouta Bar Kamtsa, ne voulant pas être jeté dehors comme un malpropre.
— Je n’ai nul besoin de ton argent ni, surtout, de ta présence. Tu es venu me narguer jusque dans mon domicile.
— Je payerai tout ce que t’a coûté le banquet, mais ne m’inflige pas une telle honte publiquement, dit enfin Bar Kamtsa d’un ton digne, mais suppliant.
Mais l’autre refusa aussi cette proposition. Il saisit son ennemi par son habit, et, devant tous les convives amusés, il le jeta dehors.


Bar Kamtsa humilié, entra dans une violente colère: « Ils me le paieront tous », se dit-il en serrant les dents et les poings. Il pensait aux notables, mais surtout aux rabbins présents, qui n’ont nullement protesté contre l’affront qui lui a été fait injustement.
Un rabbin doit toujours, quoi qu’il lui en coûte, élever la voix quand il s’agit de défendre le droit et la justice, un rabbin doit toujours prôner le rapprochement des coeurs.
Or, personne n’avait pris le parti de Bar Kamtsa. Ce dernier en conclut que tous approuvaient leur hôte et n’avaient point jugé utile de le calmer et de l’amener à de meilleurs sentiments.


La vengeance

Ayant perdu le contrôle de lui même, il se rendit de ce pas chez le gouverneur romain et lui dit:
— Les Juifs sont en train de préparer une rébellion contre Rome.
— Comment le sais-tu?
— Envoie leur un sacrifice, et tu verras s’ils tiennent compte de ton autorité ou non.


L’affaire arriva jusqu’aux oreilles de l’empereur, qui donna alors l’ordre de faire offrir au Temple de Jérusalem un veau d’une troisième portée, dont la chair est particulièrement fine, par l’intermédiaire de Bar Kamtsa.

En chemin, Bar Kamtsa infligea une blessure à la lèvre supérieure de l’animal. Or, une telle blessure rendait l’animal impropre au sacrifice selon la tradition juive, alors que, pour les Romains, un tel animal pouvait encore être sacrifié.



Autel des sacrifices
Rabbi Yo’hanane dira plus tard: «C’est à cause des scrupules de Rabbi Zacharia ben Abkoulas que le Temple a été détruit.
En effet, les rabbins avaient un pressentiment. Ils flairaient un piège dans cette histoire. Ils étaient donc prêts à sacrifier l’animal. Mais Rabbi Zacharia leur dit:
« Qu’est-ce que les gens vont penser? Que vous permettez d’offrir des sacrifices non conformes? »
On songea alors à tuer le dénonciateur, afin qu’il n’aille pas rapporter aux Romains qu’on n’avait pas sacrifié le veau.


On va penser qu’il faut condamner à mort quiconque rend un animal impropre au sacrifice, observa Rabbi Zacharia dont les scrupules causèrent l’incendie du Sanctuaire et l’exil.

En effet, l’empereur, ayant appris que le sacrifice n’avait pas été offert, signe d’une rébellion prochaine selon son informateur Bar Kamtsa, envoya ses légions sur Jérusalem.


La destruction

A l’approche de Jérusalem, Néron (sans rapport avec l’empereur du, même nom), commandant des légions romaines, décocha une flèche vers l’est. Elle tomba sur Jérusalem. Il en décocha une autre vers l’ouest, et elle tomba sur Jérusalem. Toutes les flèches lancées attaquaient Jérusalem. Néron, impressionné par ces signes, voulut savoir si c’était l’effet du hasard ou un présage.
Néron, homme cultivé qui connaissait déjà certains us et coutumes des Juifs, interrogea un enfant en lui demandant de réciter le verset qu’il venait d’apprendre.
L’enfant récita un verset d’Ézéchiel, 25/14: « J’exercerai ma vengeance sur Édom par la main de mon peuple, Israël... ».
Néron pensa: « Le Saint Béni Soit-il veut détruire Son Temple et m’en faire porter la responsabilité ». Et il s’en fut aussitôt se convertir au judaïsme.
Rabbi Meïr sera un des descendants de Néron.



Destruction du Temple par les romains


L’empereur envoya Vespasien qui, à son tour, assiégea Jérusalem, un siège qui dura près de trois ans. Les conséquences de l’action désespérée de Bar Kamtsa vont se sont faites senrir sentir.
En l'an 68 de l'ère chrétienne, 3828 de la création du monde, le 2e Temple fut détruit comme le premier Temple le 9 Av !


Environ 50 ans plus tard, ce fut la destruction de Béthar, elle aussi le 9 Av, après la révolte de Bar Ko'hba, sous le règne de l'empereur Adrien.





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Tribune Juive
http://web.tribunejuive.fr/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo