UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist       Spécial Films historiques   Yom Richone
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 
  Accueil Dossiers Les Fêtes

Le fabuleux Pourim de Saragosse

Mardi 2 Février 2010 | 08h45   Vue : 831 fois
 
 
 
 



1. Le complot

Pourim étant le nom de la fête de notre délivrance du cruel Hamane, il a été également donné à d'autres délivrances miraculeuses dont bénéficièrent, à des époques
et en des lieux différents, certaines communautés ou même des familles juives.
Celui qui nous allons vous conter ici est l'un d'eux.




Ferdinand II d'Aragon, Le roi d’Espagne
Dans le royaume d'Aragon en Espagne, régnait jadis un puissant monarque. Son pouvoir s'étendait à de nombreuses villes où vivaient beaucoup des Juifs.

Aussi ceux de Saragosse, capitale du royaume, ne manquaient-ils pas de témoigner au souverain leur reconnaissance chaque fois qu'ils le pouvaient.

Défilait-il avec toute sa suite à travers la ville et dans le quartier juif à l'occasion d'une fête, les notables de la communauté allaient au-devant de lui, portant les beaux étuis qui contenaient habituellement les Sifré-Tora, lesquels pour la circonstance en étaient retirés et laissés dans la Synagogue.

Ces marques d'honneur donnaient beaucoup de satisfaction au roi, et tout eût été pour le mieux si, dans l'entourage de ce dernier, ne se trouvait un homme dont la haine pour les juifs était si grande qu'il supportait mal l'amitié que leur témoignait son maître. Marcus - c'était son nom - cherchait un moyen qui discréditerait les Israélites et, du même coup, le ferait bien voir du souverain.


Inquisiteurs Dominicains
Un jour, il se trouva qu'il apprit que ceux dont il voulait la perte allaient, en cette occasion spéciale, à la rencontre du roi portant des étuis vidés préalablement de leur contenu.

C'était le prétexte qu'il cherchait et le révéla à son maître.

Celui-ci n'était pas méchant, mais la finesse d'esprit lui faisait malheureusement défaut.

Le persuader que les juifs agissaient de la sorte afin de se moquer de lui ne fut pas une tâche malaisée pour le rusé Marcus.
Le roi entra dans une grande colère. Le moment était on ne peut plus propice ; le courtisan lui suggéra de donner l'ordre de chasser tous les Juifs du royaume, ou même de les tuer. Encore que le souverain fût désireux de prendre des sanctions exemplaires contre une telle insolence, il n'avait point songé à un châtiment si sévère. Il essaya de biaiser.

- Je sais, dit-il, qu'ils ont un Dieu puissant. Ne me punirait-Il pas du mal que j'aurais fait à Son peuple ? - Oh ! Il y a longtemps qu'ils ne peuvent plus attendre de leur Dieu une protection quelconque ; depuis que, sous votre égide, ils connaissent la paix et la prospérité, ils se sont écartés de Lui et n'obéissent plus à Ses commandements, fit Marcus avec conviction.

- Et encore, serait-il juste de punir tous les juifs ? Que faites-vous des innocents parmi eux ? protesta faiblement le roi. - Votre Majesté sait fort bien qu'ils sont tous faits sur le même moule. Rien que cette solidarité notoire qui les caractérise, les condamne en bloc. Ils vous ont manqué de respect, ils en sont tous responsables. D'ailleurs, ce sont les chefs de leur communauté, donc leurs représentants officiels, qui viennent à votre rencontre. Aucune discrimination ne s'impose, par conséquent, conclut Marcus avec un sourire de triomphe. Il sentait qu'il venait de gagner la partie.



2. Un accord conditionnel


Marcus devant le tribunal de l'Inquisition
Écoute Marcus, je reconnais qu'après ce que tu m'as révélé, il y a de quoi être très irrité, comme je le suis d'ailleurs, contre les juifs, et qu'un châtiment exemplaire est nécessaire - à condition toutefois que ce que tu dis soit vrai. Mais je veux être équitable envers eux, car ils ont ' été jusqu'à maintenant de bons et loyaux sujets.

Je vais te proposer un accord ; nul doute qu'il te satisfasse : au prochain cortège, au moment où les juifs viendront à ma rencontre, tu seras à mes côtés. Je t'autorise à ouvrir alors leurs étuis saints. Si tu les trouves vides, je te donne carte blanche pour le châtiment que tu me conseilles.

Mais, comme tout accord comporte une contrepartie, c'est toi qui seras puni si, au contraire, les étuis sont pleins. Acceptes-tu de prendre ce risque ? Si les juifs ne doivent pas me tourner en ridicule, je n'admettrai pas non plus que toi tu le fasses. Marcus était sûr de ce qu'il avançait, il accepta. Il se voyait déjà fièrement assis aux côtés du roi.



3. L’avertissement providentiel


Décret d'expulsion d'Alhambra
Or, la nuit qui précéda la parade royale, pour une raison qu'il ne s'expliquait point, le Chamach de la Synagogue la plus importante de la capitale, ne put fermer l'oeil. Il pensait à la visite du souverain au quartier juif et s'inquiétait.

De quoi, il n'aurait su le dire. Il se tournait et se retournait dans son lit en proie à un sentiment proche de l'angoisse. Une menace pesait sur la communauté juive... Il finit par sombrer dans un sommeil agité.

Un homme d'un certain âge, à barbe grise et d'allure imposante, lui apparut en rêve et lui dit : « Vite, lève ¬toi, ne perds pas un instant. Un grand danger menace les Juifs ; va en hâte à la Synagogue et mets les Sifré Tora dans leurs étuis. Et surtout, n'en souffle mot à personne ! ».

Avant que le Chamach ne pût proférer une parole, la vision s'évanouit. Il se leva ; la peur le faisait frissonner. Il s'habilla précipitamment et, trébuchant dans les ténèbres, courut à la Synagogue. L'homme qui lui était apparu en songe ne pouvait être autre qu'Eliya le Prophète. Ce n'était pas un simple cauchemar, mais bien un avertissement dont il fallait sans délai tenir compte. Les autres Chamachim de Saragosse étaient alertés de la même manière. Comme le premier, ils s'étaient hâtés vers leurs Synagogues respectives et avaient secrètement réintégré les Sifré Tora dans leurs étuis. Ceci fait, chacun d'eux attendit avec inquiétude.



4. Tel est pris qui croyait prendre


La Méguila de Saragosse
Le lendemain matin quand les trompettes annoncèrent l'approche du cortège royal, les chefs de la communauté juive se portèrent comme à l'accoutumée au-devant du souverain.

Le carrosse s'arrêta pour permettre à ces derniers de présenter leurs hommages. A ce moment, Marcus, qui avait pris place aux côtés du roi, dit - Majesté, vous désirez sûrement voir ce que contiennent ces étuis que portent les juifs ? - Oui, j'aimerais voir. Voulez-vous les ouvrir ?

Les juifs furent glacés de terreur à cette demande inattendue. Mais ils n'eurent d'autre choix que d'obéir. Le coeur battant, ils ouvrirent les étuis. O miracle ! Les Sifré¬ Tora s'y trouvaient. La surprise du monarque fut grande.

- Traître, Imposteur ! Cria-t-il hors de lui, cette fois tu as trop présumé de ta fourberie. Tu en subiras les conséquences. Gardes ! Qu'on le pende sur-le-champ ! L'ordre fut exécuté sans délai. Marcus eut la fin qu'il méritait.

Quant aux Juifs, le roi fit une déclaration publique où il rendait hommage à leur loyauté et les assurait de sa confiance et de sa protection. Et pour marquer l'amitié renouvelée qu'il leur portait, il ordonna qu'ils fussent exemptés du paiement de tous les impôts trois ans durant.

Quand ces derniers apprirent en même temps qu'ils avaient couru un terrible danger et l'avaient évité de justesse, ils rendirent grâce à Dieu pour la bonté qu'Il leur avait témoigné en cette circonstance. Ils décidèrent que les 17 et 18 Chévate seraient désormais des jours de prières et de joyeuses actions de grâces, afin que leurs enfants et les générations futures se souvinssent du miracle qui avait fait échouer les noirs desseins de leur ennemi.

Les familles Saragossi, Saragosti (et variantes) commémorent de longue date le Pourim de Saragosse le 17 ou 18 Chevat, et ont l'usage d'en lire l'histoire, manuscrite sur un parchemin à la façon de la Méguilah d'Esther lue à Pourim. L'histoire semble s'être déroulée vers 1400 à Syracuse … ou à Saragosse. Ces deux villes qui portent le nom ancien de Caesaraugusta sont souvent orthographiées de façon semblable par les copistes d'antan, et une confusion semble s'être développée sur la localisation exacte de l'événement. Quoiqu'il en soit, la mémoire n'a pas oublié de miracle effectué par D.ieu auprès de son Peuple, et c'est là l'essentiel.






   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
Shamash's Kosher Restaurant Database
http://shamash.org/kosher/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo