UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Soukkote   Yom Hamishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 
  Accueil Dossiers Divers

L'Hébreu en phonétique

Vendredi 22 Juin 2007 | 13h51   Vue : 4331 fois
 
 
 
 

L'HÉBREU EN PHONÉTIQUE


RÈGLES DE TRANSLITTÉRATION DE L'HÉBREU EN CARACTÈRES LATINS

(à l'usage des francophones)



Les règles de translittération

Elles permettent la transposition d'un texte en hébreu, en caractères latins, visant ainsi à donner l'image phonétique la plus fidèle possible et couramment lisible.

Nous nous sommes inspirés du code officiel de translittération de l'hébreu en caractères latins que l'Académie Israélienne de la Langue Hébraïque a édité en 1956 et nous avons pris pour base de travail le très sérieux ouvrage du Rabbinat du Québec.


Les Majuscules

L'hébreu ne connaît pas la majuscule. Cependant pour respecter une translittération en français il y a lieu de rappeler l'usage des deux types de majuscules.

La majuscule de position placée au début d'une phrase, après un point final, un point d'exclamation, un point d'interrogation, des points de suspension ou deux points ouvrant une citation.

La majuscule de signification utilisée pour les noms propres,
ex : Yossèf,
Certains noms communs employés en tant que noms propres, ex : Bèt Hamikdach


- Les noms de personnes : Moché, Avraham.

- les noms de races, de peuples, de groupes d'habitants : les Juifs, un Mitsri (un Egyptien)

- les fêtes religieuses, laïques ou nationales : Pourim, Kippour;

- Les noms de personnes : Moché, Avraham.

- Les noms de personnes : Moché, Avraham.


Les lettres géminées

Les consonnes ne sont pas redoublées en hébreu.

C'est le point contenu dans la consonne, le daguèche דָגֶש, qui indique l'accentuation du son, sa présence est marquée en translittération par une double consonne.
ex: rinna, רִנָּה, Chabbate, שַׁבּת. Kippour, כּפּוּר


Par contre le redoublement des lettres est ignoré si cela complique la lecture, la prononciation ou tout simplement pour conserver au mot une élégance
ex : matsa, מַצָה au lieu de matstsa.


La lettre S est redoublée afin d'éviter le son Z.
Ex : hadasse, הֲדַס, myrte


Si la première lettre d'un mot comporte un daguèche דָגֵשׁ, on ne redouble pas la lettre.
ex : bokèr tov בּקֵר טוֹב, bonjour.


De même D'après l'article défini, si la première lettre comporte un daguèche דָגֶש.
ex : hakol הַכֹּל, tout.



Les syllabes finales

En translittération toutes les lettres sont prononcées et particulièrement les consonnes finales suivantes :

am comme rame : Abraham, אַבְרָהָם

im comme cime : ‘anavim, עֲנָבִים

èt comme bête : bèt, בֵּית

om comme homme : yom יִוֹם

èm comme sème : chèm, שֵׁם


Les exceptions à cette règle sont régies par un souci d'éviter des erreurs de prononciation. Un "e" final est ajouté aux syllabes suivantes :

ite comme marmite : ‘arvite, עַרְבִית

ane comme plane : Hamane, הָמָן, au lieu de Haman

ine comme fine : ‘aïne עַיִן

one
comme bonne: Lévanone, לְבָנוֹן.

ote
comme note : mézonote, מזוֹנוֹת.

ate
comme plate :Parachate hachavoua', פָּרָשַׁת הַשָׁבוּעַ


Nom

Lettre latine

Hébreu

Cursive

Rachi

Valeur numérique

Le alèf est transcrit en fonction de sa vocalisation, il est le support de la voyelle.
Ex :
otsar, אוֹצָר trésor.

En début de mot le alef n’est pas prononcé donc pas transcrit.
Ex :
Avraham אַבְרָהָם
Le Alef ponctué des voyelles suivantes a, é, i, o, ou, et se trouvant après une consonne, forme une syllabe à part entière.
Ex :
Kor-im קוֹרְאִים
Ir-ate יִרְאָת

alèf

1

Prononciation b comme «bébé»
Ex :
baït, בָּיִתmaison.

bèt
b, B

2

Prononciation v comme vin.
Ex :
aviv, אָבִיב printemps.

vèt
v, V

2

Prononciation gue comme «gare».
Ex :
gag, גַּג toit,
Pour éviter le son j on est contraint d'inclure u avant les voyelles «e» et «i».
Ex
.guémara גְּמָרָא maguène מָגֵן protection, bouclier.

guimèl
g, G

3

Prononciation «d» comme «dé».
Ex :
dag, דָּג poisson.

dalèt
d, D

4

Prononciation h comme haie.
Ex :
habaït, הַבָּית maison.
À la fin d'un mot le hé ne se transcrit pas et ne se prononce pas.
Ex :
yalda, יַלְדָּה enfant,
Par contre le hé final se prononce quand il est un pronom possessif. Il est alors phonétisé.

La lettre ה est alors marquée par un point (Mapik) ה. Il se prononce comme un h aspiré.
Ex :
Ichah אִישָׁהּ son mari (אישה sans point signifie une femme).


h, H,

5

Prononciation v comme «vin».
Ex :
vaïkra, וַיִקְרָא

vav
v, V

6

Prononciation z comme zèbre.
Ex :
zémirot, זְמִירוֹת chants, cantiques.

zaïn
z, Z

7

Prononciation inexistante en français, «h» expiré. Ex : Hanouka, חֲנֻכָּה
Consonne gutturale dont la prononciation est fortement accentuée.

hèt
’h, ‘H

8

Prononciation t comme thé.
Ex :
tahor, טָהוֹר pur.

tèt
t, T

9

Le i est phonétisé de 3 manières selon sa place par rapport à la voyelle.
1) Avant la voyelle : Y
Ex:
Yérouchalaïm

2) Après la voyelle : ï

Ex : Yérouchalaïm

Tanaïm

3) Dans les autres cas il s’écrit i.

Ex : Talmidim

Israël

youd,
y, ï,
i

10

Prononciation k comme képi.
Ex :
Kacherout, כַּשְׁרוּת lois alimentaires de la Tora

Ex
: odéka, אוֹדֶךָּ je te louerai.

kaf
k, K

20

kaf sofite (finale) k

.

Prononciation comme la jota «J» espagnole, le «CH» allemand ou le «X» russe et grec.
Prononciation inexistante en français.
Ex :
mélakha, מְלָאכָה travail.
Ex :
baroukh, בָּרוּךְ béni.

khaf
kh, KH

20

khaf sofite (finale) kh

.

Prononciation l comme lion.
Ex :
lachone, לָּשׁוֹן langue.

lamèd
l, L

30

Prononciation m comme même.
Ex :
malka, מָלְכּה reine.
Le mèm sofite ne s'emploie qu'à la fin d'un mot.
Ex :
yéladim, יְלָדִים enfants.

mèm
m, M

40

mèm sofite (finale) m, me

.

Prononciation n comme navet.
Ex :
nassi, נָשִׂיא président.
Le noun final ne s'emploie qu'à la fin d'un mot. Il s'accompagne, parfois, d'un e final afin d'obtenir une prononciation exacte.
Ex :
chouchane, שׁוּשָׁן au lieu de chouchan.

noun
n, N

50

noun sofite (finale) n, ne

.

Prononciation s comme sultan.
Ex :
séfèr, סֵפֶר livre.

samèkh
s, S

60

Prononciation inexistante en français, consonne gutturale représentée par une apostrophe avant la voyelle à accentuer «».
Ex :
’Amos, עָמוֹס Amos.

aïn

70

Prononciation p comme papa.
Ex :
pardès, פַּרְדֵּס


p, P

80

Prononciation f comme fée.
Ex :
Potifar, פּוֹטִיפַר

Le sofite ne s'emploie qu'à la fin d'un motEx : Allouf, אלּוּף


f, F

80

sofite (finale)
f

.

Prononciation ts comme tsar.
Ex :
Tsione, צִיוֹן. .


Le
tsadé sofite ne s'emploie qu'à la fin d'un mot.
Ex :
hamets, חָמֵץ

tsadé
ts

90

tsadé sofite (finale)
ts

.

Prononciation k comme képi.
Ex :
kabbala, קַבָּלָה

kouf
k, K

100

Prononciation r roulé comme riche.
Ex :
rav, רַב

rèch
r, R

200

Prononciation ch comme chine.
Ex :
chalom, שָׁלוֹם chofar, שׁוֹפָר

chine
ch, CH

300

Prononciation s comme saint.
Ex :
sim’ha, שִׂמְחָה

sine
s, S

300

Prononciation t comme témoin.
Ex :
talit, טַלִּית; téchouva, תְּשׁוּבָה

tav
t, T

400

Prononciation a comme va.
Ex :
matar, מָטָר averse.

Ex :
’am, עַם peuple.

Ex :
ani, אֲנִי je suis.

Kamats gadol: a

pata’h: a

hataf-pata’h: a

.

Prononciation è comme chère
Ex :
èl , זֵה אֵל זֵה l'un à l'autre.
Ex :
èmèt, אֱמֵת vérité

sègol
è
’hataf-sègol
è

.

Prononciation è comme père.
Ex :
bénè בְּנֵי les fils de...

tsérè
è

..

.

Prononciation i comme pie.
Ex :
tsitsit, צִיצִת frange du talit.

‘hirik
i

.

.

Prononciation o comme eau.
Ex :
oto, אוֹתו

Ex :,
’hodachim, חֳדָשִׁים mois.

‘holam
o
kamats-‘hataf
o

.

Prononciation ou comme hibou.
Ex :
èmouna, אֱמוּנָה foi.

Ex :
koulam, כֻּלם tous.

chourouk
ou
koubouts

ou


.

Le Chéva prononcé. Certains le prononcent et le transcrivent par un e muet.
Nous avons opté pour la prononciation séfarade par é accent aigu.
1. Le chéva (:) se prononce au début d'un mot.
Ex :
téfilah, תּפִּילה prière.
2. Le chéva se prononce lorsqu'il est précédé d'une voyelle longue.
Ex :
véchamérou ושׁמְרו. Lorsque deux chéva se suivent à l'intérieur d'un mot, le premier est muet tandis que le second est articulé.
Ex :
nafchékha, ָנפְשְךָ ton âme.
4. Le chéva se prononce lorsque l'une de deux lettres semblables et successives porte un chéva.
Ex :
halélou, הַלְלו. hinéni, הִנְני

chéva
é

:

.








   

La France en dérive
Manif de la haine
Heureux comme un juif en France
Rav Ovadia Yossef: Comment se comporter lors d'une alerte
Avinou Chébachamaîm, aux portes de Gaza
Permis / interdit pendant les trois semaines

A découvrir
Pour en savoir plus...

Annuaire de sites
Découvrez
Kol Tora
http://www.koltora.com
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo