UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Spécial Hanouka   Yom Revii
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

L'exode juif des pays arabes

Mardi 28 Juillet 2015 | 09h46   Vue : 3853 fois
 
 
 
 



Après de longues années d’efforts et de tractations, le parlement israélien (Knesset) a adopté en juin dernier une loi fixant au 30 novembre de chaque année la commémoration de l’expulsion et l’exode des juifs des pays arabes et de l’Iran.


Arrivée de réfugiés juifs marocains au port de Haïfa 1958
En Israël et dans la diaspora devront être organisées des journées pédagogiques afin de renforcer la conscience internationale en ce qui concerne ces réfugiés ; ce qui devrait déboucher sur leur droit a la réparation dans le cadre des négociations de paix au Proche-Orient. Après soixante ans, ce n’est pas trop tôt.

C’est à la mairie du 17e arrondissement que s’est tenue la première réunion à Paris, organisée par Josiane Sberro, avec l’appui du centre Simon Wiesenthal. Entre 1940 et 1970, une civilisation entière a disparu des pays arabes. Pourquoi cette histoire est-elle restée méconnue ? Que sont devenus ces 800 000 juifs des pays arabes et d‘Iran (pourquoi omettre la Turquie ?) Quel impact cette reconnaissance et cette commémoration peuvent avoir sur ce qui se passe au Proche-Orient et en France? Quelques-unes des questions auxquelles Schmuel Trigano a donné des réponses.

Il a rappelé les degrés et les formes différentes qu’avait prises l’exclusion de Juifs, selon les pays et les époques. De la discrimination juridique (Syrie) à la dénationalisation (Égypte) et la spoliation économique et sociale (Liban, Yémen) en passant par l’événement pogromique (Irak).Tous les pays arabes sont concernés, dont la Tunisie et le Maroc.


Réfugiés en provenance d'Irak
Concernant l'Irak, le document le plus complet étant à la disposition des organismes représentatifs des Juifs d’Irak détaille l’enregistrement des biens – meubles et immeubles – des Juifs pour la seule ville de Bagdad.

Réalisé en 1951 à l’initiative de Mordechai Ben Porat, à l’époque responsable au nom de l’État d’Israël de l’immigration des Juifs irakiens vers Israël, ce document n’a jamais été publié et son contenu ne devrait être révélé que dans le cadre de l’engagement de négociations sérieuses portant sur le dédommagement des Juifs d’Irak. L’évaluation des biens juifs irakiens ne peut donc être – en l’état actuel des choses – qu’une extrapolation approximative des documents à la disposition du ministère israélien de la Justice.


Arrivée de réfugiés juifs marocains au port de Haïfa 1958
À propos du Maroc, le sort des biens ayant appartenu aux Juifs du Maroc n’est encore que peu documenté et il est donc encore très difficile d’estimer l’ampleur et la valeur des pertes matérielles des Juifs ayant émigré du Maroc.

Il semble que les Juifs aisés ayant immigré pour la plupart dans des pays autres qu’Israël aient réussi à emporter une partie de leurs biens ou à les liquider – bien que souvent dans des conditions défavorables – alors que certains, pris de panique à la suite des diverses guerres opposant Israël aux pays arabes, abandonnèrent tout bonnement une partie importante de leurs biens.

Le destin des biens privés des Juifs ayant quitté le Maroc vers Israël – dont un grand nombre n’était que peu fortunés – est plus difficile à déterminer. On peut cependant tout de même avancer qu’une communauté de cette importance a laissé au Maroc des biens communautaires se montant à des centaines de millions de dollars.

Nombreux sont les Juifs qui continuent de s’anesthésier à la nostalgie, perpétuent le mythe du bonheur en pays arabes et folklorisants le passé. Cet exode est une histoire politique niée, trop peu analysée, voire travestie afin de justifier le traitement exclusif des réfugiés palestiniens. Schmuel Trigano n’hésite pas à parler du silence sépharade comme d’une faute politique. Mais il rappelle aussi que le Wojac (World organisation of Jews from Arab countries) a tenté en vain dans les années 80 de convaincre Israël de la nécessité de verser au dossier de la paix l’exode des 800 000 juifs chassés des pays arabes.

Cette histoire ne serait-elle pas la clé de la délivrance de la mémoire et du rétablissement de la vérité ?

Trigano démontre que ce qui se passe aujourd’hui dans le monde musulman du Pakistan au Mali est la dernière étape d’un processus commencé avec les Arméniens, poursuivi avec les juifs et se terminant aujourd’hui avec les chrétiens. Georges Bensoussan revient sur la difficulté d’écrire l’ histoire de ce presque million de Juifs des pays arabes virés de leur terre natale. Plusieurs facteurs, selon lui, convergent.

1/Les juifs eux-mêmes, avec cette difficulté pour les Ashkénazes de donner crédit aux Séfarades qui eux, n’ont pas été décimés par la Shoah.

2/ Le monde arabe, négationniste, et qui continue de travestir la réalité en mettant sur le dos de la création de l’État d’Israël, le « malaise » juifs/arabes et le départ des juifs. Si c’était vrai, alors pourquoi les juifs ont-ils été si soulagés de voir arriver les colonisateurs en qui ils virent leurs libérateurs ? (Rappelons que les juifs étaient des « dhimmis », des protégés).

3/ L’Occident qui préfère croire au mythe du bonheur juif en pays arabe et ne s’intéresse qu’aux 700 000 réfugiés palestiniens.


Immigrants juifs d'Egypte juste après la guerre de 1948
Pourtant, des travaux existent : ceux de Bensoussan et Trigano, ainsi que N. Weinstock P. Fenton ou Litman. Mais la presse n’en fait pas écho…

La fin de 800 000 Juifs en terre d’Islam dérangerait la mécanique intellectuelle progressiste qui veut qu’un dominé ne peut pas être en même temps un dominateur, spoliateur et antisémite ?

Enfin, avec humour, Daniel Sibony a rappelé que le pouvoir arabe protégeait les juifs en terre d’Islam de la masse arabe elle-même : en effet moyennant impôt, les juifs pouvaient vivre tranquillement et faire la fête ! D’où cette nostalgie sans doute… Cette nouvelle journée de commémoration peut permettre aux Juifs séfarades de faire connaître leur Histoire, de faire la paix avec leur mémoire et cesser de nourrir un mythe que d’autres utilisent avec une habileté perverse.

En reconnaissant ce fait politique majeur, la disparition des communautés juives des pays arabes, Israël, le monde arabe et la communauté internationale seront contraints de poser enfin cette pièce manquante sur l’échiquier de la paix à construire. Car nier n’est pas jouer.




Immigrants juifs du Yemen dans les années 1950





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Rav Benchetrit
http://www.ravbenchetrit.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo