UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist       Spécial Films historiques   Yom Sheni
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

L'embryon peut-il entendre ?

Dimanche 11 Mars 2007 | 20h23   Vue : 6205 fois
 
 
 
 

L'embryon peut-il entendre ?


Yom Kippour

L'interdiction de manger et de boire le jour de Yom Kippour est connue de tout juif. Et pourtant, si l'on risque de mettre sa vie en danger en se privant de manger, la Michna nous explique qu'on a le droit et qu'on est même tenu de manger (Yoma, chapitre 8,5).

L'un des exemples illustrant la crainte de mettre la vie en danger est décrit dans la Michna suivante : « Si une personne enceinte sent une odeur agréable, on la nourrit jusqu'à ce qu'elle s'apaise ».
Et Rachi explique : « l'embryon sent l'odeur d'un plat cuisiné et le désire. Si sa mère n'en mange pas, les deux seront en danger ».


En d'autres termes, lorsqu'une femme enceinte sent l'odeur d'un plat et ressent un besoin inexplicable d'en manger, d'après la Tora d'Israël, ce n'est pas son désir mais celui de l'embryon qui, par son intermédiaire, a capté l'odeur du mets et le désire. Et si elle se retient d'en manger, la vie de l'embryon et la sienne seront mises en danger.



Le Talmud, en se basant sur cette même Michna (Yoma, 82b) raconte : « Une fois, une femme enceinte avait senti l'odeur d'un mets le jour de Yom Kippour. On vint devant Rabbi Yéhouda Hanassi pour lui demander conseil.

Il leur dit : Allez chuchoter à son oreille que c'est Yom Kippour aujourd'hui et peut-être pourra-t-elle se retenir. On lui chuchota à l’oreille ladite phrase. Le désir de l'embryon s'apaisa et la femme se calma.


Rabbi Yéhouda Hanassi lut, à propos de ce même embryon, le verset : « Avant que je ne te crée dans le ventre, je te connais ».
Et effectivement de cette femme naquît Rabbi Yo’hanane, le chef des rédacteurs de la Guémara en Israël, auteur également du Talmud Yérouchalmi (traduit de l'araméen).

Un autre récit parle d'une femme enceinte qui avait senti l'odeur d'un plat le jour de Kippour. On se rendit devant Rabbi ‘Hanina pour lui demander comment se comporter. Il leur dit : « Allez et chuchotez lui à l'oreille qu'aujourd'hui c'est Yom Kippour ». On lui chuchota mais elle ne se calma pas et on la nourrit. Rabbi ‘Hanina cita le verset suivant, décrivant ce fœtus : « Éloignez les Méchants dès la matrice ».
Et cette femme enfanta Chabtaï qui stockait les fruits (afin de faire monter les prix).

On peut supposer que, durant de nombreuses générations, si les scientifiques avaient pu se pencher sur les propos du Talmud, ils auraient été ébahis : « Après tout, l'embryon dans la matrice de sa mère n'est qu'un morceau de chair en cours de développement, et n'a aucun point commun avec un nouveau né ».

Comment est-il donc possible de lui attribuer une capacité de percevoir ce qui arrive à l'extérieur ou d'éprouver des désirs ?

Comment peut-il entendre un chuchotement à l'oreille de sa mère, ou encore se calmer grâce à cela ?

Et voici que de nos jours, grâce aux progrès de la recherche et à la possibilité d'observer le comportement de l'embryon par le moyen de l'échographie et à l'aide d'appareils de détection sonore et d'enregistremen a soudainement découvert que l'embryon est une personne à part entière, capable de capter des signes ou des stimulations provenant de l'extérieur et même de les mémoriser.

Voici un extrait des propos de la célèbre scientifique Suzanne Shiffelbein dans son ouvrage intitulé : Le corps de l'homme, l'incroyable machine.
Un foetus de vingt-quatre semaines manifeste un développement nerveux très intéressant. Il bouge les yeux rapidement pendant une grande partie de son temps de sommeil, ressemblant en cela aux enfants ou aux adultes en phase de rêve.
Il ne fait pas de doute que les foetus entendent des voix. Les embryons, à cet âge-là, réagissent apparemment à la musique.
Ils clignent des yeux et évoluent comme s'ils dansaient sur un rythme déterminé.

Les comportements des nouveau-nés révèlent qu'ils conservent le souvenir de leur vie à l'intérieur du corps de leur mère.
C'est un fait qu'ils préfèrent entendre des sons bien définis comme les battements du coeur maternel, la voix de la mère, et même des histoires qu'on leur a racontées avant leur naissance.
Un bébé reconnaît une musique que sa mère a beaucoup écoutée pendant sa grossesse.
Nombre d'entre nous pensent que ces créatures complexes commencent à exister au moment de la naissance.
Mais leurs capacités et leurs talents montrent qu'ils ne font que continuer un processus de développement extraordinaire, entamé au moment même de la fécondation.

De nos jours, il n'existe pas encore de moyens scientifiques qui pourraient aider à prouver ou à expliquer comment l'embryon est capable de capter des signes ou des odeurs venant de l'extérieur. Mais une chose est claire pour nous, c'est que le Créateur du Monde qui a écrit la Tora et a ordonné de ne pas manger le jour de Yom Kippour, a aussi introduit dans son livre de Lois les informations scientifiques nécessaires à l'accomplissement de celles-ci. Il nous a ainsi enseigné que l'embryon sent les odeurs et est attiré par elles.

C'est pourquoi, si un embryon ou un foetus a senti une odeur le jour de Yom Kippour et que la mère ne se calme pas, il est de notre devoir de lui donner à manger.
Autrement, la vie de la mère et du foetus seront mis en danger et l'obligation d'éviter un danger de mort prime sur le respect de Yom Kippour.

Les Sages d'Israël savaient également, pour cette même raison, que le foetus entend et comprend ! Lorsque l'on chuchote aux oreilles d'une mère qu'aujourd'hui c'est Yom Kippour et que l'embryon se calme, c'est le signe que cet embryon penche vers le Bien. Et si l'on chuchote à son oreille mais qu'il ne se calme pas, c'est un signe qu'il penche vers le Mal. Car cet embryon entend et comprend !

Si nous nous intéressons aux particularités de l'âme de l'embryon, nous comprendrons présent ce qui est expliqué dans le Midrach (Midrach Toldote 63, 6), à propos à du verset parlant de Rivka enceinte de Ya’akov et ‘Éssav.
Comme les enfants se battaient en son sein, elle dit : « Si cela est ainsi, à quoi suis-je destinée ! » Puis, elle alla prendre conseil auprès d'Hachèm. D'après le commentaire de Rachi, elle est allée à la Yéchiva de Chèm. (Voir Béréchite chapitre 25, verset 22)

Et voici le langage du Midrach : «Au moment où elle passait devant une synagogue ou une maison d'études, Jacob poussait pour sortir. Et il est écrit : "Avant de t'avoir créé dans le ventre je te connaissais". Et lorsqu'elle passait près de maisons idolâtres, c'est ‘Éssav qui poussait pour sortir. Et il est écrit : "Éloignez les méchants depuis qu'ils sont dans la matrice".

En d'autres termes, nos Sages savaient, par l'héritage qu'ils avaient reçu, (dans la Loi Orale, les explications de la Loi Écrite) que :
1- L'embryon a un moyen de percevoir ce qui se passe à l'extérieur de la matrice.

2- Des coups de pieds violents de l'embryon se répétant lorsque la mère passe près d'endroits particuliers, ne sont pas hasardeux. Ils peuvent nous donner des renseignements sur le caractère du foetus.

3- Ainsi qu'il a été dit ci-dessus le foetus entend des sons venant de l'extérieur.

Il est bon de signaler que la science a réussi à découvrir le troisième élément mentionné ci-dessus. Nous sommes convaincus que la science progressera jusqu'à découvrir, d'elle-même, les enseignements que le Créateur du Monde nous a transmis dans la Tora.






   

L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Israel Magazine
http://www.israelmagazine.co.il/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo