UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Kippour, le jour du pardon   Yom Hamishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 
  Accueil Dossiers Les Fêtes

Le 17 Tamouz: seconde partie

Jeudi 14 Juillet 2022 | 23h36   Vue : 4335 fois
 
 
 
 



1. Le sacrifice permanent cessa au Temple le 17 Tamouz



      Lors de la destruction du premier Temple, c'est le 9 Tamouz qu'une brèche fut ouverte dans le mur qui entourait la Ville (Jérémie. 52, 7) et les ennemis s'emparèrent aussitôt de la ville.

      Mais le Temple continua à résister jusqu'au 7 Av, et les Kohanim y assurèrent leur sacerdoce avec une grande force et une conviction qui ne faiblit pas une seconde.

      Toutefois, 4 jours après la prise de la ville les brebis pour le sacrifice permanent firent défaut (il y avait toujours une réserve de 8 brebis dans la " loge des brebis ").

      Pendant trois jours encore, par des voies détournées et moyennant de grosses sommes, ils arrivèrent à se procurer les deux brebis journalières : le 17 Tamouz enfin, le sacrifice permanent cessa !



Les habitants de Jérusalem assistent à la défaite
de l'armée syrienne
      Un fait semblable s'est produit à l'époque où Jérusalem fut assiégée par les Syriens. Chaque matin, les assiégés descendirent deux caisses avec des pièces d'or et les assiégeants leur envoyèrent deux brebis.

      Un jour, par erreur, ils placèrent deux chevreaux (le sacrifice permanent doit se faire avec des brebis uniquement); à ce moment, miraculeusement, ils découvrirent dans la " loge des brebis " deux brebis de réserve, et ce jour-là, exceptionnellement, le sacrifice fut retardé de quelques heures. Dans le traité de 'Edouyote (VI, 1) Rabbi Yéhouda Bèn Abba rapporte qu'à cette occasion le sacrifice du matin eut lieu 4 heures après le lever du jour (alors qu'en général on le sacrifiait dès le lever du soleil).



Hyrkanos et Aristobule
      Au cours de la guerre fratricide entre Hyrkanos et Aristobule les deux fils de la reine Salomé (environ 130 ans avant la destruction du Temple), un incident du même genre se produisit. Les assiégés descendirent chaque jour une caisse avec des pièces d'argent, et les assiégeants, des juifs aussi, placèrent dans la caisse les deux brebis destinées au sacrifice permanent. Un jour, au lieu des deux brebis, ils placèrent deux cochons ; la caisse en remontant n'arriva qu'à mi-hauteur et les cochons s'agrippèrent avec leurs ongles aux murs de la ville la terre trembla à 20 km à la ronde (le porc dans le Midrach est le symbole de l'Empire romain, qui prit ainsi symboliquement possession de la Ville Sainte).

      Il va sans dire que dès ce jour et pendant de longs mois, le sacrifice permanent cessa et ce fut selon la tradition le 17 Tamouz.


2. La Ville fut prise d'assaut



      Lors du siège de Jérusalem par les Romains sous Titus, le mur d'enceinte de la Ville fut enfoncé le 17 Tamouz, et Titus à la tête de ses légions s'empara de la ville.

      Tandis que les troupes de Nabuchodonosor, environ six siècles avant, ouvrirent une brèche dans les fortifications le 9 Tamouz (Jérémie 52, 3 ; voir plus haut).

      Le Talmud Yérouchalmi dit que, pour le premier Temple aussi, la prise de la ville eut lieu le 17 ; mais en raison des souffrances inhumaines qui frappèrent alors les vaincus, la chronologie des évènements fut relatée de façon erronée. Et le Tout-puissant, par la bouche de son prophète Jérémie, confirma, si l'on peut dire, la date erronée marquée par les scribes du Roi.


3. Apostomos a brûlé la Tora


      Ainsi dit la Michna chap. I V de Ta'anite. Le Talmud Babli ne donne aucune précision sur le lieu où cela s'est produit. Les indications du Yérouchalmi ne sont guère plus précises.

      Mais à une époque plus récente, on cite un passage de Flavius Joseph, qui place l'évènement à l'époque du procurateur Cumanus, environ 16 ans avant la grande révolte contre les Romains. Il y avait eu des bagarres entre les légionnaires romains et la foule des fidèles, à Jérusalem, des milliers de fidèles furent massacrés sur le mont du Temple. Un nouvel incident devait se produire parce que des brigands avaient pillé les bagages de Stephanus, un des serviteurs de l'Empereur, sur la grande route près de Bèt 'Horone. Aussitôt le procurateur Cumanus envoya la troupe dans les villages des environs pour prendre des otages.

      Un des soldats s'empara d'un Séfèr Tora, le déchira en morceaux et le livra au feu : le peuple révolté envoya une délégation auprès du procurateur lui demandant de punir le profanateur. Le soldat fut condamné à mort et exécuté et les esprits se calmèrent. Selon cette interprétation, il faut admettre que le nom de Stéphanos a été changé en Apostomos : des changements de ce genre étaient assez fréquents à l'époque.

      D'autres supposent qu'il s'agit du roi Amon, fils de Manassé (le roi de Juda qui a succédé à Ezéchias et qui a régné plus de 50 ans) et citent le Talmud Babli Sanhédrine 103 b. (Note du traducteur; dans son livre sur les "trois grands prophètes ", le Rabbin J. Carlebach mentionne ce passage talmudique et compare cette tragédie - l'incinération de milliers de rouleaux de la Tora sur l'ordre du Roi impie- à la destruction par le feu de 24 charrettes chargées de manuscrits du Talmud, à l'époque du Roi St-Louis, à Paris en 1242).


4. Une idole fut dressée dans le Temple

Il s'agit selon la majorité des commentateurs d'un fait qui s'est produit sous le règne de Manassé cité plus haut.




Voir la première partie





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
Vie juive
http://www.viejuive.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo