UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist       Spécial Films historiques   Yom Richone
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 
  Accueil Dossiers Les Fêtes

Un Signe pour La Liberté

Mardi 9 Mars 2010 | 10h00   Vue : 289 fois
 
 
 
 


La dixième et dernière plaie que D' envoya aux Egyptiens fut celle de "Makate Békhorote" – la mort des premiers nés. Moché annonça avec précision qu’elle aurait lieu à Minuit.

La Tora nous raconte que les juifs devaient, pour se protéger, badigeonner leurs entrées du sang provenant de l’agneau de Péssa'h et de la circoncision. Pourquoi Moché indiqua, ici, le moment où la plaie prendrait place ? De plus, toutes les plaies ne touchèrent pas le peuple Juif sans qu’il ne fasse quoi que se soit pour se protéger. Pourquoi devait-il faire un signe pour être sauvé de cette dernière plaie ?

Toutes les plaies avaient pour but d’apprendre aux Egyptiens la puissance de D' qu’ils rejetaient. C’est en cela que la dernière plaie était différente : son but était de punir les Egyptiens pour le mal qu’ils avaient fait. Or, dans ce cas, l’Attribut de Justice Divine pouvait déclarer : « En quoi les Juifs étaient-ils différents des Egyptiens ? N'étaient-ils pas autant imprégnés d’idolâtrie » !

Pour rejeter toute tentative de plainte de la part de l'Attribut de Justice (Midate Hadine), D' envoya cette ultime plaie à minuit, symbole d’une conduite qui dépasse toute logique et calcul rationnel.

La première partie de la nuit symbolise la rigueur : l’obscurité augmente à chaque instant. La seconde partie de la nuit représente la bonté : la lumière revient petit à petit et les ténèbres disparaissent. L’instant précis de minuit relie les deux opposés de la rigueur et de la bonté. Cette manifestation n’est possible que par la révélation d’une lumière qui transcende les deux extrêmes.

En d’autres termes, à ce moment de la nuit, se révéla l’amour essentiel que D' porte pour Son peuple – un amour qui transcende toute logique et qui dépasse la raison. Du fait de cet amour, l’argument de l’Attribut de Justice – « En quoi les Juifs sont-ils différents des Egyptiens ? » – n’est pas pris en compte, car D' répond qu’Israël est Son enfant. Or, l’amour qu’un père porte à son fils ne sera jamais affecté par telle ou telle autre raison logique.

La question qui se pose, alors, est la suivante : si D' exprime un tel degré irrationnel d’amour, pourquoi nos ancêtres devaient-il marquer leurs entrées ? !


Toute révélation Divine dépend de la conduite des hommes ici-bas ; l’action de D' est à la mesure de l’effort de l’homme. Il en est ainsi pour que se manifeste ce degré d’amour infini de D', l’homme doit, pour sa part, révéler en lui un caractère réciproque.

Le signe utilisé par nos ancêtres était le sang du sacrifice de Péssa'h et celui de la Mila. Ces deux actes traduisent justement cet aspect du lien avec D' qui dépasse la raison : la circoncision est pratiquée sur un enfant qui n’a aucun moyen logique de saisir le sens de l’alliance qui est ici scellée.

L’offrande d’un agneau en Egypte était un acte de Messiroute Nefech – un sacrifice personnel – qui dépassait toute logique, puisque cela constituait un affront aux tortionnaires Egyptiens qui l’adoraient.

Cette conduite du peuple Juif éveilla chez Hachèm le même type de rapport irrationnel : la manifestation de Son amour infini pour le peuple Juif.

C’est pourquoi nos sages affirment que « nos ancêtres quittèrent l’Egypte par le mérite de la foi. » En effet, la foi relève précisément d’une démarche irrationnelle.





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
Editions La Délivrance
http://ladelivrance.free.fr/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo