UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Chavouote   Yom Hamishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Israël   |   France   |   International
 
  Accueil Infos International

Histoire de Rabbi Éphraïm Enkaoua, la « Lumière d'Israël »

Jeudi 5 Novembre 2015 | 23h09  
 
 
 
 


C’est jeudi 12 novembre que se tiendra, à l’initiative de la Fraternelle (l’Union des Amis de Tlemcen) et dans l’enceinte du splendide Centre mondiale du judaïsme d’Afrique du Nord à Jérusalem, la célébration de la Hiloula de l’une des plus grandes figures spirituelles du monde séfarade, Rabbi Éphraïm Enkaoua, z’ya, connu comme le Rab de Tlemcen. À l’occasion de cet anniversaire Hamodia rappelle l’histoire de celui qui a été considéré comme la « Lumière d’Israël ».

Rabbi Ephraïm Enkaoua z’ya est né en 1359 à Tolède au sein d’une dynastie de grands rabbanim qui rayonnait dans ce solide bastion du judaïsme séfarade. Son père n’est autre que rabbi Israël Enkaoua, auteur du Ménorat Hamaor.

Très jeune, Rabbi Ephraïm se distingue par son savoir et par ses connaissances non seulement dans l’étude de la Torah et de la Guémara mais également dans des domaines plus profanes puisqu’il avait suivi des études poussées de médecine. Mais alors qu’il atteint l’âge adulte, rabbi Ephraïm va vivre, dans sa chair, les premières graves persécutions liées à l’Inquisition.

De nombreux Juifs de Tolède sont contraints de se convertir ou de s’exiler. En 1391, alors qu’il a 32 ans rabbi Ephraïm va assister à l’arrestation de son père qui est accusé d’avoir pratiqué le judaïsme en secret. Rabbi Israël Enkaoua est jugé sur la place publique et brûlé vif en tenant dans ses bras un Séfer Torah. Son frère rabbi Salomon sera, lui aussi, exécuté. Au total, ce sont plus de 4 000 juifs de Tolède et d’Espagne qui périront lors de ces persécutions qui se prolongèrent pendant trois mois.

Après avoir été témoin de ces horreurs, Rabbi Ephraïm décide de quitter l’Espagne et de se réfugier au Maroc. Il s’installe à Marrakech où il est accueilli très chaleureusement. Il projette alors de se rendre en Érets Israël. En 1393, il quitte Marrakech et fait route en caravane vers le port de Honine en Algérie, afin d’y prendre un bateau pour la Terre d’Israël.

C’est alors qu’il va vivre un événement qui va bouleverser sa vie. La caravane approche de la ville de Tlemcen lorsque le Chabbat s’apprête à entrer. Rabbi Ephraïm demande aux guides de le laisser là sur place. Ces derniers le mettent en garde en soulignant que ce site est connu pour être fréquenté par des lions et d’autres bêtes sauvages.

Refusant de transgresser la sainteté du Chabbat, rabbi Éphraïm décide de prendre le risque. A la nuit tombée , Rabbi Ephraïm récite l’office du soir. Peu après, un lion rugissant sort de l’ombre et bondit devant le rab . Ce dernier récite alors un verset des Psaumes(91, 13) : « Sur le lion et la vipère tu marcheras, tu fouleras les lionceau et le serpent ».

Brusquement le lion est freiné dans son élan. Il s’approche alors de Rabbi Ephraïm Enkaoua et en signe de soumission s’agenouille devant lui comme s’il était hypnotisé. Il demeurera ainsi aux pieds de Rabbi Ephraïm durant tout le Chabbat. A la fin de la journée, Rabbi Éphraïm remarque que le lion tient un serpent dans sa mâchoire. Il enfourche le lion et se sert du serpent comme mors. Et c’est ainsi qu’il entrera dans la ville de Tlemcen.

Très vite, rabbi Éphraïm va s’imposer comme le leader spirituel de la communauté juive locale. Son prestige s’étendra également à l’ensemble de la population musulmane de Tlemcen après qu’il fut parvenu à guérir d’une grave maladie la fille du sultan Abou Tahfine. En effet le Sultan lui demande ce qu’il peut faire pour le remercier. Et rabbi Éphraïm lui demande d’autoriser les Juifs à résider à l’intérieur des murailles de la ville, ce qui leur était jusque là formellement interdit.

Rabbi Éphraïm sera nommé médecin officiel du sultan. Mais il laissera également une empreinte indélébile au sein de la communauté juive et dotant celle-ci de structures solides, telles que synagogues, baté midrach, écoles juives mikvaot, etc. C’est le célèbre Hida, rabbi ‘Haïm David Azoulay qui, de passage à Tlemcen, avait pu témoigner de ces infrastructures.

Les Juifs de Tlemcen vécurent en paix dans leur ville jusqu’à l’indépendance de l’Algérie en juillet 1962. Le Rab fut vénéré de son vivant par les Juifs bien entendu mais aussi par les Musulmans et sa réputation de sagesse dépassa les frontières. Il rédigea durant sa vie de nombreux ouvrages qui malheureusement ne furent pas conservés au fil des siècles.

Son seul livre connu est « Chaar Kevod Hachem » dans lequel il traite de philosophie juive et des théories de Maïmonide. Rabbi Éphraïm Enkaoua s’éteignit le 1er Kislev 5203, soit le 13 novembre 1442 à l’âge de 82 ans. Il fut inhumé dans un petit carré où reposent également les membres de sa famille proche, en face du vieux cimetière juif de Tlemcen.

Sa tombe a fait l’objet de nombreux pèlerinages dont le dernier s’est produit en 2005, dans le cadre de la visite exceptionnelle d’une délégation de plus d’une centaine de Juifs originaires de Tlemcen.

Ps : La célébration de la Hilloula de Rabbi Ephraïm Enkaoua se déroulera, jeudi 12 novembre à 16 heures précises, dans la synagogue du Rab de Tlemcen située dans le Centre Mondial du Judaisme Nord Africain, 16 rehov King David, à Jérusalem. Au programme : Min’ha, divré torah, Arbit, collation et intermède musical.

Confirmation de présence : à Roger Hamidache, 02 6234921

Source : Hamodia
   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935


Annuaire de sites
Découvrez
TMOUNOT.COM
http://www.tmounot.com/topic/index.html
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo