UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Rav Ovadia Yossef   Yom Shlishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

Rav Ovadia Yossef : guide, Possèk, père

Vendredi 1 Novembre 2019 | 08h52   Vue : 4607 fois
 
 
 
 


De la naissance à Bagdad au décès à Jérusalem, la vie du Rav Ovadia Yossef zatsal fut intégralement consacrée à l’étude, à la Halakha et au peuple juif. Sa mémoire phénoménale, sa fierté séfarade, son charisme, sa capacité de concentration, sa chaleur humaine, son amour du prochain ont fait de lui le guide de toute une génération. Sa biographie est celle d’un maître, d’un guide, mais également celle d’un père qui a laissé, lundi dernier, tout un peuple orphelin.

Le Rav Ovadia Yossef est né le 12 Tichri 5681 (23 septembre 1920) à Bagdad, fils aîné de Yaacov et de Georgia.

Il reçoit deux prénoms : le premier, Ovadia, au nom du Rav Abdallah Somé’h, très grand Rav irakien, et Yossef, à la mémoire du Rav Yossef ‘Haïm, le Ben Ich haï. Quatre ans après sa naissance, la famille monte en Israël et s’installe à Jérusalem, dans le quartier de Beth Israël.

Le père du jeune Ovadia, qui était orfèvre en Irak, ouvre à Jérusalem une petite épicerie. La situation financière n’est pas simple pour la famille et le jeune garçon est contraint de travailler très jeune. En parallèle, il étudie au Talmud Torah Bné Tsion, dans le quartier des Bou’harim, où son assiduité à l’étude, sa mémoire photographique et ses connaissances lui valent déjà le titre de génie.


Le Rav Ovadia à l'âge de 9 ans
Il n’a même pas 9 ans lorsqu’il reçoit des mains du Rav Chlomo Abou et du Rav Amram Blau le livre Réchit 'Hokhma, après avoir récité par cœur devant eux cinq traités de Michna et trois chapitres de Guémara… Il écrit alors son premier commentaire de Torah sur les marges du livre.

En 1933, à l’âge de 12 ans, il part étudier à la yéchiva Porat Yossef, la plus grande yéchiva séfarade de cette époque. La même année, il écrit son premier livre, avec deux de ses amis. À Porat Yossef, il est suivi de très près par le Rav Ezra Attia, le roch yéchiva, qu’il considère comme son père spirituel. Et lorsque le père de Rav Ovadia décide de faire sortir son fils de la yéchiva pour qu’il l’aide à son épicerie, c’est le Rav Attia qui va le supplier personnellement de renoncer à ses projets : « Le limoud de votre fils est trop puissant pour qu’il y renonce », lui dira-t- il.


Rav Ovadia à l'âge de 18 ans
À 18 ans, le Rav Yaacov Douek lui demande de transmettre à sa place un cours de Halakha, basé sur les décisions du Ben ich Hai.

C’est là que le Rav Ovadia émet ses premières critiques sur la psika de célèbres grands rabbins irakiens, qu’il considère comme trop sévères. Plus tard, il dira que cette série de cours a forgé sa conception de la Halakha.

À vingt ans, il est nommé Rav et dayan par le Rav Ben Tsion Méïr ‘Haï Ouziel et occupe le poste de juge rabbinique au Beth-Din de la communauté séfarade. Dès cette époque, de nombreuses questions lui sont adressées, tant par des séfarades d’Israël et de l’étranger que d’ashkénazes vivant à Jérusalem.


Le Rav Zal et son épouse Margalite Zal
En 1944, il épouse Margalit, fille d’Avraham Halévy Fatal, originaire de la ville d’Alep, en Syrie.

Trois ans plus tard, à la demande du Rav Ouziel, il part en Égypte, pour y diriger le tribunal rabbinique. Mais des divergences d’opinions avec certains membres de la communauté le poussent à repartir après deux ans. À son retour, il est dayan au tribunal rabbinique de Péta’h Tikva puis, en 1952, écrit son premier véritable livre de Halakha, ‘Hazon Ovadia, sur les hala’hot de Pessa’h. Il fonde ensuite la yéchiva Ech Torah, qui accueille des étudiants séfarades particulièrement doués, dans le but d’en faire les leaders de demain.


Rav Ovadia en tant que Dayan à Tel Aviv en 1955
Entre 1954 et 1956, il écrit les deux premiers tomes de son œuvre principale, Yabia Omer, qui lui valurent le Prix d’Israël en 1970.

Il est ensuite nommé Dayan au tribunal rabbinique de Jérusalem puis au grand Beth Din national. En 1968, il est nommé grand rabbin de Tel-Aviv puis, en 1972, il est nommé grand rabbin d’Israël et Richon lé-Tsion, succédant au Rav Its’hak Nissim. Il écrit à cette époque son deuxième recueil de responsa, Yé’havé Daat, rédigées dans un langage clair et concis, et qui jouit d’une très grande popularité.

En tout, il écrira une quinzaine de livres, sans compter les fameux livres de Halakha Yalkout Yossef, écrits par son fils, Rav Its’hak Yossef. En 1983, suite à une loi limitant à dix ans le mandat des grands rabbins d’Israël, il est contraint, à son grand regret, de quitter son poste, mais continue de siéger au Beth HaDin Hagadol. En parallèle, il crée le conseil des Sages de la Torah, censé guider le tout jeune parti Chas, qui se présente aux législatives de 1984, sous le parrainage commun du Rav Ovadia et du Rav Chakh.

Sa popularité atteint des sommets durant ces années et son cours hebdomadaire du samedi soir attire tant les foules qu’il est retransmis par la suite via un satellite aux quatre coins du globe.

Sa maison située au 45 de la rue Hakablan, à Har Nof, devient un véritable lieu de pèlerinage où se rendent les plus grands rabbanim et les personnalités les plus célèbres pour y recevoir conseils et bénédictions. Le décès de son épouse, Margalit, en 1994, porte un grand coup au Rav, qui ordonne la création d’une chaîne de séminaires pour jeunes filles portant son nom.

Trois semaines avant son départ de ce monde, le Rav Ovadia réalise son rêve lorsqu’il intronise son fils, le Rav Its’hak Yossef, au poste de grand rabbin d’Israël et Richon LéTsion, quarante ans après sa propre nomination.

Le 21 septembre 2013, son état de santé se détériore sérieusement et il est hospitalisé à l’hôpital Hadassa Ein Karem.

Des prières sont organisées pour sa guérison, mais, le 7 octobre, vers les 13 h, il rend son âme à son Créateur, laissant après lui un peuple entier en deuil. Malgré son âge avancé, beaucoup de ses fideles refusaient de le voir partir car comme le signifie notre titre, cet homme était une Thora Vivante, et par ses bonnes actions, il ne pouvait qu’entraîner la protection du peuple juif.


Texte : Hamodia.fr





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Modia
http://www.modia.org/index.html
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo