UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Spécial Tou Bichvate   Yom Shlishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

Les origines du judaïsme anglais

Jeudi 20 Mars 2014 | 20h15   Vue : 3205 fois
 
 
 
 



L'histoire des Juifs d'Angleterre présente certaines similitudes avec l'histoire des Juifs de France (influence néfaste des Croisades, expulsions, rappels, influence du milieu non-juif ambiant…) mais aussi certaines particularités dues à un contexte différent. Voici un rapide survol de l'histoire de cette communauté, ainsi que quelques conseils de visite du quartier juif de Londres.

La Communauté juive au Moyen-âge


Guillaume le conquérant
L'histoire des Juifs d'Angleterre commence essentiellement en 1066, après la conquête de l'Angleterre par le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant.

Celui-ci, devenu roi d'Angleterre, va encourager les Juifs de Rouen à venir s'installer à Londres. De petites communautés juives vont progressivement voir le jour dans de nombreuses villes de l'Angleterre médiévale. Comme ce fut le cas au Moyen-âge dans toute la chrétienté, les Juifs vont se trouver exclus de presque toutes les professions artisanales et agricoles et ne vont être tolérés que comme usuriers ou prêteurs sur gages , activités qui étaient interdites aux Chrétiens.

Les Juifs étaient les sujets du roi qui leur imposait des taxes très lourdes. La communauté va cependant prospérer jusqu'au 12ème siècle.

Les Croisades et les prêches violents contre les Infidèles vont très vite assombrir cette relative prospérité. En 1189, on refusa aux Juifs le droit d'assister au couronnement du roi Richard Ier surnommé Cœur de Lion et de nombreuses échauffourées provoquèrent la mort d'une trentaine de Juifs. Plusieurs attaques vont alors se déclencher contre les Juifs de Londres et d'autres villes d'Angleterre.


Tour de Londres
L'épisode le plus tragique eut lieu à York en 1190 où la plupart des Juifs de la ville se suicidèrent dans la tour du château où ils s'étaient réfugiés, plutôt que de se laisser massacrer ou convertir de force.

La situation ne fit qu'empirer: confiscation des biens, humiliations (port d'une étoile jaune imposée aux Juifs d'Oxford en 1222), assassinats (un étudiant, Robert de Reading qui s'était converti au judaïsme et avait épousé une juive fut brûlé vif). Le roi Edouard Ier fit arrêter et emprisonner 600 Juifs dans la Tour de Londres. Deux cent soixante dix d'entre eux furent pendus et leurs biens confisqués. On estime qu'en 1290 il y avait un peu moins de 3000 Juifs en Angleterre. Finalement, le roi les expulsa tous et s'empara de leurs maisons et de tous leurs biens.

Après l'expulsion

Entre 1290 et 1656, il n'y eut aucune communauté juive officielle en Angleterre. Quelques individus pratiquaient cependant la religion juive en secret.


Bûcher de l'inquisition maudite
Lorsque les Juifs furent expulsés d'Espagne en 1492, un certain nombre d'entre eux se réfugièrent au Portugal. Mais en 1535, l'Inquisition gagna également le Portugal et quiconque était soupçonné de pratiquer la religion juive était menacé du bûcher.

A partir de 1540, des réfugiés de l'Inquisition portugaise s'installèrent à Londres et à Bristol Comme les Marranes d'Espagne, ils allaient à l'église mais continuaient à pratiquer secrètement le judaïsme. Ils risquaient en effet, selon la loi anglaise, d'être brûlés vifs s'ils avaient vécu ouvertement en Juifs. Le cas de la famille Anes est particulièrement édifiant. La famille Anes vécut une vie juive clandestine de 1540 à 1630.

Dunstan Anes était négociant en épices et fut nommé fournisseur de la Reine Elizabeth Ière. Son gendre, le docteur Rodrigo Lopes, devint le médecin de la Reine . Cependant, en 1594, le Dr Lopes fut accusé d'avoir voulu empoisonner celle-ci et fut exécuté à Tyburn. Christopher Marlowe dans "Le Juif de Malte" et Shakespeare dans "Le Marchand de Venise" ont tous deux créé des personnages inspirés par la condition des Juifs en Angleterre au 16ème siècle.

Le retour des Juifs en Angleterre


Rabbi Ménashé Ben Israël
Il faut attendre le milieu du 17ème siècle pour que les Juifs soient officiellement autorisés à revenir en Angleterre.

En 1655, Rabbi Menashé ben Israël, une personnalité marquante de la communauté juive d'Amsterdam, se rend à Londres pour rencontrer le Lord Protecteur, Olivier Cromwell, et lui demander de mettre un terme au bannissement des Juifs.

Celui-ci va se montrer favorable à cette requête car il est convaincu, sur le plan économique, de l'influence positive que pourront avoir les commerçants juifs sur l'économie anglaise, et sur le plan religieux, de l'importance des Juifs si l'on veut que les prophéties s'accomplissent et qu'advienne le "second royaume", l'un des fondements du courant millénariste, issu de la Réforme, auxquels se rattachent les Puritains (et que l'on retrouve actuellement chez les Chrétiens évangéliques).

Cromwell va réunir une conférence à Whitehall, et les juges vont y décréter que rien ne s'oppose plus juridiquement à ce que les Juifs résident en Angleterre. Après un débat animé, Cromwell va autoriser en 1656, les Juifs à se réunir pour prier et à disposer d' un cimetière.

Les Juifs vont donc pouvoir vivre leur judaïsme ouvertement et former une petite communauté. Le fondateur en sera un marchand de vin nommé Antonio Fernandes Carvajal, qui habitait Londres depuis trente ans. En 1657, il fit construire une petite synagogue à Creechurch Lane dans le quartier d'Aldgate (une plaque signale aujourd'hui son emplacement sur un immeuble de l'East End) et loua un terrain un peu plus à l'Est, destiné à devenir un cimetière.

La communauté sépharade initiale


La synagogue Bevis Marks aujourd'hui
Au 18ème siècle, la communauté juive portugaise de Londres va s'agrandir et prospérer. Le roi Charles II ainsi que ses successeurs vont poursuivre la politique de protection des Juifs initiée par Cromwell.

Cependant, malgré l'appoint de Juifs venus d'Espagne et du Portugal, ainsi que de France et des Pays-Bas, on ne dénombre en 1700 que 1000 Juifs sépharades à Londres. Ils vont cependant édifier en 1702, dans la petite rue de Bevis Marks, une très belle synagogue, plus grande que celle de Creechurch Lane. Vers 1720, la communauté va s'accroître de nouveaux immigrants venus d'Italie et du Maroc. En 1760, la communauté sépharade va fonder le "Committee of Deputies" destiné à représenter les intérêts de la communauté juive auprès du gouvernement. Cette institution (à laquelle se joindront plus tard des synagogues ashkénazes) existe toujours sous le nom de "Board of Deputies of British Jews" dont Sir Moses Montefiore devait être l'un des plus actifs présidents au 19èmè siècle.

En 1800, la communauté compte 3000 membres. Les Juifs sépharades sont souvent des marchands qui commercent avec le Portugal, les Indes et les Caraïbes. Mais ils sont également médecins, chirurgiens, apothicaires, notaires, tailleurs de diamants, confiseurs ou marchands ambulants. L'année 1830 marque une étape importante dans l'intégration des Juifs sépharades en Angleterre, car c'est à partir de cette date qu'il fut décidé que dans les synagogues, les sermons seraient prononcés en anglais et non plus en portugais.

La communauté ashkénaze initiale


Gravure de l'époque représentant
un juif colporteur
Une petite communauté juive ashkénaze devait également commencer à se développer en Angleterre vers la fin du 17èmè siècle.

Ses membres venaient essentiellement d'Allemagne, mais ils furent rejoints à partir de 1770 par une petite vague d'émigrants venant de Pologne. Les nouveaux émigrants exerçaient le plus souvent de petits métiers : marchands ambulants, fripiers, vendeurs de bijoux bon marché ou colporteurs. Ce sont ces derniers qui introduisirent la vie juive dans les provinces anglaises.

C'est ainsi qu'à la fin du 18ème siècle quelques milliers de Juifs vivaient dans de petites communautés éparpillées entre la côte Sud de l'Angleterre et les Basses-Terres d'Ecosse, et l'on vit s'édifier des synagogues dans certaines villes de province. Les guerres napoléoniennes eurent pour conséquence le développement de la Royal Navy et les Juifs s'installèrent également dans les villes portuaires de la côte Ouest où ils ouvrirent des magasins d'accastillage, d'instruments d'optique ou des échoppes de tailleurs. A la fin du 18ème siècle on comptait 30 000 Juifs en Angleterre.

La lutte pour l'égalité des droits

Tandis qu'une partie de la population juive de Londres végétait dans la pauvreté, une classe bourgeoise composée de marchands, de financiers et de banquiers commençait à émerger dès le début du 19ème siècle, à la faveur des débuts de l'industrialisation.

Ses membres étaient très attirés par le mode de vie anglais et s'intégrèrent très rapidement dans la société culturelle, politique et économique anglaise. Ils s'installèrent dans des quartiers plus agréables, tant à Londres qu’en province.


Sir David Salomons
Ils voulurent, parallèlement qu'à cette ascension sociale corresponde une véritable égalité des droits et menèrent un combat qui connut ses premiers succès avec la nomination en 1855 de Sir David Salomons à la fonction de Lord Maire de Londres, et surtout, avec l'admission de Lionel de Rothschild comme Membre du Parlement en 1858.

Sir Nathaniel de Rothschild devait être élevé au titre de Baron en 1885, et Lord Reading (ex Sir Rufus Israel) nommé vice-roi des Indes en 1920.

Le petit flot d'immigrants venant d'Europe de l'Est allait devenir une véritable déferlante à partir de 1880 en raison des difficultés économiques et des persécutions. En Russie, les Juifs devaient résider dans une zone qui leur avait été assignée et des populations juives entières furent ainsi déplacées et parquées dans ces régions où elles n'avaient le plus souvent pas le droit de résider dans les villes. De nombreux pogroms, tolérés sinon initiés par le régime tsariste, éclatèrent et finalement, un très grand nombre de Juifs quittèrent la Russie, mais aussi la Galicie et la Roumanie pour émigrer en Amérique. Ils furent nombreux à s'arrêter en France et en Angleterre. Ce flux continua sans interruption pendant une trentaine d'années. C'est ainsi que la population juive anglaise passa de 60 000 en 1870 à 300 000 en 1914.

La plupart des nouveaux immigrants étaient pratiquement sans ressources. Ils s'installèrent à Londres, dans l'East End, un quartier pauvre où les logements étaient insalubres mais bon marché. Certains s'installèrent dans des villes industrielles en développement. C'est à cette époque que des communautés juives importantes virent le jour à Manchester et à Leeds.


Le quartier de l'East End en 1850
La société juive était alors nettement divisée en deux groupes très distincts. D'une part les familles juives bourgeoises, installées depuis plusieurs générations, très intégrées, très anglicisées, relativement à l'aise financièrement, et habitant des banlieues agréables.

Et d'autre part, les Juifs venant d' Europe de l'Est, parlant yiddish, très attachés à un judaïsme orthodoxe, pauvres (travaillant dans des "sweatshops" pour un salaire de misère), logés dans des immeubles insalubres de l'East End. On remarquera que les immigrants juifs d'Europe Centrale arrivant en France à la même époque n'ont pas connu un meilleur sort et n'ont pas été très chaleureusement accueillis par les "israélites" français qui regardaient avec dédain ces "Ost Juden" vulgaires et d'une piété dérangeante.

Le tableau initial paraît très sombre, mais entre 1880 et 1920, de nombreux immigrants réussirent à s'élever dans la société et l'on vit apparaître une nouvelle classe moyenne originaire d'Europe Centrale qui commença à adopter les coutumes anglaises et emménagea elle aussi dans d'agréables banlieues où elle s'intégra aux communautés plus anciennes existantes.

Ils maintinrent toutefois leur particularisme en refusant les synagogues "anglo-juives"(où les rabbins sortaient souvent d'une grande université anglaise), préférant construire leurs propres "’hévrote" et se choisir des rabbins venant d'Europe Centrale. Toutefois, avec le temps, ils finirent par se conformer aux usages anglo-juifs en matière de pratique religieuse et de décorum et par accepter l'autorité du grand-rabbin, gommant ainsi tout particularisme. Il faut noter, avant de conclure ce rapide survol, que c'est parmi les immigrants d'Europe Centrale que devaient se recruter les principaux leaders du sionisme anglais.

L'East End aujourd'hui


Commerces juifs de l'East End
Comme nous l'avons vu plus haut, l'East End était le quartier où les pauvres immigrants juifs venant d'Europe Centrale s'étaient regroupés à la fin du 19ème siècle.

Comme c'est souvent le cas dans toutes les villes du monde, le quartier juif que l'on visite est souvent un quartier pauvre, dont les habitants ne sont plus juifs car ils l'ont quitté dès que leur situation financière le leur a permis. Pour moi, l'East End, c'est un peu Belleville : un quartier dont les habitants ne sont plus juifs mais en majorité arabes, sans grande richesse architecturale, contrairement au "pletzel" (le Marais), dont les belles demeures ont retrouvé un éclat que l'on ne soupçonnait pas lorsque c’était encore un "vrai" quartier juif.





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Haut du Roy
http://www.hagleisrael.fr.st/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo