UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Élloul   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

Les extra-terrestres vus par la Tora : Quatrième Partie

Samedi 12 Janvier 2008 | 12h11   Vue : 121 fois
 
 
 
 



1. Les textes tirés de la Tradition



L'affirmation de l'unicité de l'homme apparaît dans plusieurs textes, semblant signifier que tout a été créé pour l'homme.


Maïmonide, par contre, apporte une contradiction certaine, montrant que rien n'a été crée pour l'homme si ce n'est la végétation terrestre; selon lui, toute chose existe pour elle-même.

Il relève dans la Genèse, tous les passages où D. vit que c'était bien, et, constate qu'une chose est jugée bonne lorsqu'elle l'est par elle-même, dans l'absolu. Ce qui fait dire à certains commentateurs que, pour le Rambam, l'existence d'extra-terrestres est possible, même si dans son Pirouch Hamichnayote, il affirme que tout ce qui existe sous le cycle lunaire a été crée pour l'homme (ce qui implique, d'ailleurs, clairement l'indépendance de l'homme par rapport à toutes les créatures ou sphères spirituelles et par rapport à toute existence physique hors de notre système lunaire).

Ce paradoxe est également résolu par un exemple choisi par le Rambam lui-même lorsque D. ordonne à l'homme de dominer les animaux, cela veut-il dire que ces derniers ont été créés pour lui ?

Il répond par la négative : D. a créé l'homme de telle sorte que, par sa nature, simplement, il en arrivera à dominer l'animal. De la même façon, les luminaires n'ont pas été créés dans le seul but d'éclairer, jour et nuit la Terre, le texte biblique soulignait seulement leur utilité pour l'homme.

Il en est ainsi pour toute la création: elle est oeuvre de D., et toutes ses volontés ne nous sont pas connues; le but ultime de toute chose nous reste caché: même si l'utilité en paraît parfois évidente.

Rabbi Yéhouda Bèn Barzilaï de Barcelone pense, au 12ième siècle, que l'existence d'extra-terrestres ne pose pas de problèmes. Il est suivi par Rabbi Hasdaï Creskas qui affirme que rien dans la théologie juive ne contredit la possibilité d'une vie extra-terrestre.

La Guémara de ‘Avoda Zara 3b semble aller dans ce sens: A quoi D. est-il occupé durant la nuit ? Il est répondu: Il est occupé à traverser les 18 000 mondes ! Des mondes spirituels pour certains, de vrais mondes pour d'autres.

Un verset tiré des psaumes (145/13) semble aller dans ce sens: "Ta royauté règne sur un royaume englobant tous les mondes". Mais peut-être s'agit-il ici aussi de mondes spirituels?

Rabbi Yossèf Albo émet l'opinion opposée (dans les ‘Ikarim, cités dans le Séfèr Habérite 1: 3/4). Puisque l'univers a été créé pour les besoins de l'homme, aucune autre créature douée de libre-arbitre ne peut exister.

Du fait qu'aucune vie extra-terrestre n'aura jamais de libre-arbitre ou ne pourra jamais servir à une telle créature, elle n'a aucune raison d'exister car elle apparaîtrait comme totalement superflue. Entre ces deux extrêmes, on trouve l'opinion du Séfer Habérite (1: 3/3) qui note comme possible l'existence d'une vie extra terrestre, mais sans libre-arbitre.

La preuve apportée est plus ingénieuse. Dans le livre des Juges, il est raconté à propos de Débora, juge et prophète, qu'elle composa un chant après la victoire sur Sissra. Elle y maudit les habitants de Méroz qui ne sont pas venus aider les enfants d'Israël. Mais qui est Méroz ?

Dans le talmud (Mo'èd Katane 16a) on découvre une opinion expliquant que Méroz est le nom d'un astre !

Il apparaît clairement l'existence d'une vie extra-terrestre selon cette opinion. Pour le Zohar (3/269 b) même si l'on admet que Méroz est un astre, la mention de ses habitants signifierait simplement les planètes l'entourant.

De toutes façons, il ne s'agirait tout au plus que d'habitants sans libre-arbitre, et pour lesquels aucune influence astrale favorable n'a pu intervenir pour les décider à venir en aide à Débora.



Har Tabor
Le Séfèr Habérite affirme de toute manière l'existence, d'après le verset des Juges, de l'existence d'une vie extra-terrestre, mais qu'il ne faut en aucun cas espérer la voir ressembler à la vie terrestre.

Il ajoute que cette forme de vie extra-terrestre peut avoir une intelligence, elle n'est certainement pas douée de libre-arbitre. Ce dernier est un attribut exclusif de l'homme, à qui la Tora a été donné. Le Séfèr Habérite appuie son argumentation sur la Guémara Bérakhote (32b) qui atteste que toutes les étoiles de l'univers ont été créées pour les besoins de l'homme.

On pourrait demander, à propos des habitants de mondes extra¬terrestres, tels que Méroz, s'ils n'ont pas de libre-arbitre, pourquoi ont-ils été maudits ? On trouve que certains êtres, tels les anges, peuvent être punis s'ils commettent des erreurs bien qu'ils n'aient pas de libre-arbitre. L'exemple des anges de Sodome est, à cet égard, révélateur (cf. Rachi sur Genèse 3/6).

L'éminent Kabbaliste, Rabbi Moché Cordovero, élève du Ari Zal, dans son Pardès Rimonim (2/7), soutient ce principe de base: seul l'homme possède un libre-arbitre. Employant des arguments d'une logique surprenante, il démontre qu'il ne peut y avoir qu'un seul monde spirituel.

Même si D. voulait augmenter le nombre de récipients prêts à recevoir Sa bonté, son Unicité et son Unité exclurait l'existence de plus d'un monde de ce type. Ceci, du fait que ce type de monde est relié spécifiquement à la providence divine vis à vis de l'homme et son libre-arbitre, excluant aussi également l'existence d'autres espèces partageant ces qualités.

Le Zohar soutient fermement l'existence d'une vie extra-terrestre. Le Midrach (Vaïkra Rabba 29/9) enseigne qu'il y a sept terres séparées par un firmament et toutes habitées. (Zohar 3/10 a). Bien qu'elles ne soient pas peuplées d'êtres humains, elles sont le domaine de créatures intelligentes. (Zohar 1/9 b et 1/157 b).

On retrouve donc la thèse développée par le Séfèr Habérite : l'existence d'autres formes de vies intelligentes dans l'univers est possible, mais celles-ci n'ont pas de libre-arbitre, et donc, n'ont pas de responsabilités morales. Contrairement à l'homme, qui lui, a reçu de D. cette responsabilité et possède donc incontestablement cette possibilité de libre-arbitre.

Revient la question : si de telles créatures n'ont aucune utilité pour l'homme, quelle est leur raison d'être ? Le Tikouné Zohar l4 b (composé par l'auteur même du Zohar) offre une réponse surprenante à cette question.

Traitant du verset (Cantique des Cantiques 6/8): Des mondes innombrables, il explique que les étoiles sont certainement innombrables. Mais chaque étoile est appelée un monde séparé. C'est de cela qu'il s'agit lorsque qu'il est écrit Des mondes innombrables.

Le Tikouné Zohar ajoute que chaque Tsadik (Juste) régnera sur une étoile, et aura ainsi un monde pour lui seul. Les 18.000 mondes mentionnés plus haut, et à travers lesquels D. se déplace, représenteraient ces étoiles, dirigées par les 18.000 Justes dont il est fait allusion dans le verset d'Ezechièl (48/35) : Autour de Lui sont 18.000 (Soukka 45 b). Et de quelle façon ces Justes sont-ils transportés sur ces étoiles ?

Le Talmud rapporte le verset suivant (Isaïe 40/31) : "Ils y parviennent à l'aide d'ailes comme des aigles"!

En conclusion, nous ferons deux remarques:
1) Dans la recherche à tout prix d'une vie extra-terrestre par certains scientifiques, il faut évaluer la volonté sous-jacente de se désengager de certains devoirs moraux, éthiques ou religieux. Peut-être une vie ailleurs, une autre vie, et l'on peut vite oublier D., la Tora et les commandements...


2) Les extra-terrestres existent-ils finalement ? Probablement oui, peut-être pas... mais cela est-il vraiment important pour nous ? Cela changerait-il quoi que ce soit au niveau de nos actes, des Mitsvote, de notre façon de concevoir le Créateur et son univers?








   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Reducj
http://www.reducj.fr/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo