UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Élloul   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

L'enfant juif du Titanic

Mercredi 20 Juillet 2016 | 21h45   Vue : 9289 fois
 
 
 
 


Titanic: Ce mot est, en lui-même, bien plus qu'un simple nom : c'est tout un chapitre, sinon un livre entier. Il évoque quelque chose de colossal, de gigantesque, d'écrasant, de presque surhumain. Et ce sont précisément ces idées de grandeur qu'avaient en tête les armateurs en lançant cet énorme transatlantique. Le "Titanic" était le plus grand paquebot jamais construit : une jauge de 46 329 tonnes et une capacité de 2000 passagers. Ses constructeurs mettaient l'accent sur sa solidité et ils s'en vantaient avec une assurance qui n'avait d'égale que la taille du bâtiment : "C'est un bateau que Dieu lui-même ne pourrait pas faire sombrer".

Le monde allait bientôt constater qu'il en allait différemment. Une centaine de milliers de curieux affluèrent à Belfast, en Irlande, le 3 Avril 1912 pour assister au départ du voyage inaugural du "Titanic", et quelques jours plus tard, ils étaient des millions à apprendre le désastre qui devait plus tard entrer dans la légende de l'histoire mondiale.

Les récits abondent sur l'héroïsme, les sacrifices, les tragédies qui devaient marquer cette nuit fatale, alors que le Titanic coulait, après avoir heurté un iceberg à double arête, dans les eaux glacées de l'Atlantique Nord. Je n'avais jamais entendu une "histoire juive" ayant un lien quelconque avec le "Titanic", aussi étais-je sceptique lorsque Mme Alyssa Hershkop de Beit Shemesh en Israël me dit en connaître une extraordinaire.

Cependant, en faisant quelques recherches et en interrogeant des descendants des passagers de cette traversée, j'eus la preuve qu'elle avait raison. Un événement remarquable, ayant un arrière-plan juif, avait bel et bien eu lieu au cours de cette traversée fatale. Et l'émotion qui se dégage de cette histoire possède réellement une dimension "titanesque".
Je suis reconnaissant à Gilbert et Roberta Binder et à Marie Aks de Virginia Beach (Virginia) de m'avoir fourni des documents et des renseignements personnels sur cette histoire.


En 1910, M. Sam Aks, de Turek, en Pologne, émigra en Angleterre où il épousa Leah Rosen.

Ils vécurent quelque temps à Londres après leur mariage, puis décidèrent de partir pour l'Amérique qui offrait de meilleures perspectives de travail. Ils fixèrent leur choix sur Norfolk, en Virginie.

Leah attendait alors son premier enfant et ses parents étaient persuadés qu'il n'était pas prudent qu'elle entreprenne, dans son état, un voyage en mer aussi pénible. Ils pensaient que c'était trop fatigant pour elle et dangereux pour l'enfant à naître. Il fut donc décidé que Sam partirait seul, trouverait une maison à Norfolk, et que Leah le rejoindrait avec le bébé, quelques mois après sa naissance.

Le 10 Avril, Leah Aks et son bébé, ainsi que 912 autres passagers, embarquèrent en grande pompe à Southampton accompagnés d'une fanfare, et d'un joyeux tintamarre. Leah et son bébé voyageaient dans les cabines de troisième classe de l'entrepont, en compagnie de nombreux autres émigrants à destination de l'Amérique. Les gens aisés de la bonne société occupaient les luxueuses cabines de première classe. D'autres passagers embarquèrent encore dans d'autres ports avant que le "Titanic" n'aborde sa traversée de l'Océan.

Quatre jours plus tard, le 14 Avril, peu après minuit, alors que le bateau se trouvait à 150 kilomètres au sud du Grand Banc de Terre- Neuve, il heurta un iceberg qui se dressait à 30 mètres au-dessus du pont et qui, compte-tenu des 90% de hauteur immergée, formait littéralement une montagne de glace de 300 mètres de haut.

Ses arêtes massives et coupantes comme des lames de couteau perforèrent et entaillèrent, sous l'eau, la coque du paquebot sur une longueur de 75 mètres. Vingt minutes plus tard, après avoir consulté l'ingénieur qui avait conçu le bateau, Thomas Andrews, le capitaine Edward Smith comprit que le paquebot aurait totalement coulé dans deux heures. Tous les passagers risquaient de mourir, à moins qu'ils ne prennent place dans des canots de sauvetage et ne soient recueillis par d'autres bateaux passant au large.

Bien qu'il y ait à bord 2200 passagers et membres d'équipage, il n'y avait que 1178 places dans les canots de sauvetage.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il n'y avait pas assez de place pour tous les passagers dans les canots de sauvetage.

Bien qu'il y ait à bord 2200 passagers et membres d'équipage, il n'y avait que 1178 places dans les canots de sauvetage. Plus d'un millier de personnes allaient mourir. On reste confondu par une telle imprévoyance en cas de naufrage. Comme le bateau commençait à s'enfoncer, une panique indescriptible s'empara des passagers. Le capitaine et l'équipage donnèrent l'ordre de sauver en priorité les femmes et les enfants.

A l'étage des cabines de troisième classe, on ordonna aux femmes de se regrouper à l'avant du bateau tandis que les hommes devaient se rendre à l'arrière. Leah Aks tenant son fils Frank Philip (Ephraïm Fishel) dans ses bras essaya de sortir sur le pont, mais la grille d'accès au pont se bloqua et personne ne put sortir. Elle se tenait pressée contre la grille et hurlant à l'aide.

Un marin la vit avec son bébé dans les bras ; il se hissa au-dessus de la grille et la souleva, elle et l'enfant, afin qu'elle puisse courir sur le pont où l'on embarquait les femmes et les enfants dans les embarcations de sauvetage. (La plupart des passagers de troisième classe ne purent pas sortir et 75% d'entre eux périrent noyés. Les passagers de première classe s'en tirèrent mieux avec seulement 40% de disparus).


Première classe du Titanic
Leah se précipita sur le pont avec son enfant et attendit près du bastingage, essayant de se mettre dans la file de ceux qui attendaient d'être sauvés.

Il faisait un froid glacial. Les gens poussaient et se bousculaient de toutes leurs forces pour essayer de monter dans les canots, tandis que, beaucoup plus bas, l'eau pénétrait à grand fracas dans les trous béants de la coque, inondant le fond du bateau. Tandis que Leah se tenait sur le pont, l'une des passagères les plus riches se trouvant à bord, lady Madeleine Astor, la vit serrant son bébé dans ses bras. Lady Astor, elle-même enceinte, enleva le châle somptueux qui l'enveloppait et le tendit à Leah en lui disant: "Couvrez bien votre bébé, il fait un tel froid ici". En claquant des dents, Leah se confondit en remerciements.


Rares images des naufragés du Titanic
Pendant ce temps, un homme avait réussi à prendre place à bord d'un des canots prêts à être descendus dans la mer.

Lorsque les stewards le virent, ils le firent descendre de force du canot et le rejetèrent sur le pont en criant que les femmes et les enfants devaient être sauvés les premiers. Cependant, l'homme réussit à monter à bord d'un autre canot et, là encore, les stewards le virent et se battirent avec lui pour le faire redescendre en répétant que la priorité devait être donnée aux femmes et aux enfants. De retour sur le pont, l'homme vit Leah et le bébé enveloppé dans le châle. Il fulminait. Ses yeux lançaient des éclairs tandis qu'il arpentait le pont en proie à une véritable fureur.

Dans un moment de folie, il se précipita sur Leah en hurlant "Vous dites que les femmes passent d'abord ! Vous dites que les enfants passent d'abord! Eh bien, vous allez voir!" Et il arracha le bébé des bras de Leah et le précipita par-dessus bord. Leah se mit à hurler en appelant son enfant. Les hommes se jetèrent sur ce dément, mais il n'y avait plus rien à faire. Tout le monde criait et se lamentait, et c'était maintenant le tour de Leah de prendre place à bord d'un canot.

"Je ne monterai pas sans mon bébé" criait-elle. Mais les officiers lui dirent qu'elle devait maintenant sauver sa propre vie, et qu'il ne servait à rien de rester à bord du bateau qui coulait. Les femmes qui l'entouraient essayaient de la calmer, mais Leah hurlait toujours de manière hystérique tandis qu'on l'installait dans le canot que l'on mettait maintenant à l'eau.


Le Carpathia
Les canots dérivèrent pendant trois heures avant qu'un paquebot de la Cunard, le "Carpathia" ne vienne sauver ceux qui avaient eu la chance de pouvoir quitter le "Titanic". Il n'y eut que 705 survivants, et 1523 passagers périrent.

Deux jours plus tard, alors que Leah Aks, minée par le chagrin, arpentait le pont du "Carpathia", elle vit une femme tenant un bébé dans ses bras. L'enfant fit un mouvement vers Leah. Elle le reconnut. Elle hurla: "C'est mon bébé! C'est mon enfant". La femme qui tenait l'enfant, Mrs Elizabeth Ramell Nye, était vêtue d'une longue robe noire brodée d'une grande croix. "Non, ce n'est pas vrai" insista-t-elle. " Cet enfant m'a été confié". (Il pourrait s'agir, selon d'autres témoins, d'Aryene del Carlo, une Italienne).

Une dispute violente s'ensuivit, et Mrs Nye affirma que, pendant qu'elle se trouvait à bord du canot, un bébé lui était littéralement tombé dans les bras. Elle prenait cela comme un signe du Ciel et se sentait maintenant responsable de l'enfant jusqu'à la fin de ses jours.

Les gens commençaient à prendre position dans cette dispute et l'on dut bientôt faire appel au capitaine du "Carpathia", Arthur H.Rostron, pour trancher la question. Leah était secouée de sanglots hystériques, tandis que Mrs Nye défendait sa position. Il n'était pas question qu'on lui retire l'enfant.

Lorsque le capitaine Rostron arriva et entendit les arguments des deux parties, il dit aux deux femmes de le suivre dans sa cabine où il allait réfléchir avant de prendre une décision. "Je peux prouver que c'est mon enfant". Dans la cabine du capitaine, Leah s'écria tout à coup: "Je peux prouver que c'est mon enfant". La jeune Leah, âgée de 18 ans, parla calmement et avec détermination: "Je suis juive, et mon fils a été circoncis!" En Europe, à l'époque, seuls les enfants juifs étaient circoncis.


Capitaine Rostron du Titanic
Lorsque le capitaine Rostron vit que le bébé était sans l'ombre d'un doute circoncis, le jeune Ephraïm Fishel, âgé de 10 mois, fut rendu à sa mère. Quelques jours plus tard, le "Carpathia" débarquait tous les survivants à New-York.

Frank Philip Aks grandit au sein de sa famille juive légitime. Il se maria et eut des enfants et des petits-enfants. Frank mourut en 1991 à l'âge de 80 ans. Sa femme, Marie, m'a confié récemment qu'étant jeune, il faisait plusieurs kilomètres chaque Chabbat pour prier dans la synagogue orthodoxe de Norfolk, connue sous le nom de "Cumberland Street Shul".

Après les évènements tragiques de cette traversée maudite, Leah éprouvait une telle reconnaissance envers le capitaine Rostron et son équipage que, des années plus tard, lorsqu'elle mit au monde une fille, elle l'appela Sarah Carpathia Aks. Par une ironie du sort incroyable, il y eut une certaine confusion au secrétariat de l'hôpital et l'enfant fut enregistrée sous le nom de Sarah Titanic Aks !






   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
123 Cacher
http://www.123cacher.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo