UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist       Spécial Films historiques   Yom Chabbat
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Halakha

Se'ouda Chélichite du Chabbate veille de Pessa'h

Jeudi 20 Mars 2008 | 12h11   Vue : 2233 fois
 
 
 
 

Se'ouda Chélichite du Chabbate veille de Pessa'h


La Se'ouda Chélichite (troisième repas, l'après-midi) du Chabbate veille de Pessa'h sera spéciale, puisqu'à l'heure où il faut la consommer, il sera déjà interdit de manger du pain. Comment fait-on ?

Le Choul'hane 'Aroukh (O. H. 444,1) donne deux indications : 1) comme elle a lieu après l'heure où il est interdit de manger du pain, il faudra la faire avec de la Matsa 'Achira (il s'agit de pain azyme fait avec du jus de fruit en quantité suffisante pour que son goût soit ressenti dans la Matsa – Michna Béroura 471,10) – et 2) de plus, ce repas doit être pris avant la dixième heure de la journée (en Erets Israël, avant 15 h 40, et à Paris, avant 17 h 20).

La Michna (Pessa'him 99b) fixe en effet de ne plus manger la veille de Pessa'h à partir de la dixième heure de la journée afin de nous permettre de manger le soir la Matsa avec appétit ("létéavone"). En général, une personne qui mange dans l'après-midi n'a plus faim le soir. Le Michna Béroura précise toutefois qu'il est possible de continuer à consommer des légumes, viandes et poissons jusqu'au soir, mais sans en abuser, car ces mets peuvent également enlever l'appétit (O. H. 471,1).

Le Talmud de Jérusalem (voir Tossafote Pessa'him 99b) ajoute également qu'il faut cesser de manger de la Matsa elle-même la veille de Pessa'h, car, précise le Rambam, il faut pouvoir distinguer entre la consommation de la Matsa le soir de Pessa'h qui est une Mitsva, et celle des autres jours de l'année, qui n'en est pas (certains ont même l'habitude de cesser d'en consommer de ce fait depuis Roch 'Hodèch Nissan).

En conséquence, toute Matsa qui serait valable le soir du Séder sur le plan de la Halakha sera interdite à la consommation toute la journée précédant Pessa'h. Certains interdisent la Matsa ce jour-là même pilée et mélangée avec de l'huile ou du vin (le Gaon de Vilna, bien que le Michna Béroura le permette).

Toutefois la Matsa 'Achira n'est pas permise selon tous les avis : le Rama (444,1 et 462,4) interdit en effet pour le Minhag Achkénaz une telle Matsa durant toute la fête ! Certains décisionnaires pensent en effet que le jus de fruit est pire que l'eau, et qu'il peut faire fermenter la farine d'une manière incontrôlable – bien plus rapidement que les 18 minutes halakhiques exigées pour la confection des Matsote. (462,4).

Mais les Achkénazim pourront se rabattre sur leurs fameuses "kneidlekh" (boulettes de Matsa, que l'on mange en général dans la soupe). Elles sont permises bien entendu aux Séfaradim également. Le Michna Béroura les permet explicitement pour cette Se'ouda Chélichite. Les Posskim permettent même de la Matsa cuite dans certaines circonstances, comme dans des hôpitaux ou à l'armée.

En revanche, rappelons que certains ne mangent pas de Matsa recuite durant Pessa'h ("gebrokt" ou "cherouya", de peur qu'il ne reste de la farine non cuite sur les Matsote, qui risque alors de fermenter), et pour eux, cette solution n'est pas envisageable.

Toutefois, le Michna Béroura limite la consommation de boulettes de cet ordre à la dixième heure. Après cela, il faudra se contenter de viande ou de poisson, en quantité contrôlée afin de garder son appétit pour le soir.

Ce même auteur envisage une autre méthode encore : elle consiste à diviser en deux le repas du Chabbate matin. On mangera une première fois du pain quand cela est encore permis, on fera le Birkate Hamazone, puis on attendra une demi-heure avant de refaire Motsi ('Hazone Ich) et de reprendre le repas. Ceci est également l'avis du Gaon de Vilna. Bien entendu, le tout devra être terminé avant l'heure où le 'Hamets sera interdit (en Erets Israël, 9 h 30 ou 9 h 55 selon les avis, et 10 h 33 à Paris selon les horaires fournis par le Consistoire).

Dans ce cas, on prendra ensuite, dans l’après-midi, une petite collation avec de la viande, du poisson ou des fruits, car selon certains avis, on est obligé de consommer le troisième repas de Chabbate exclusivement après 'Hatsote (la moitié de la journée) (O. H. 291,2).

En résumé, la formule préférable est celle qui consiste à couper son repas du matin en deux– mais il faut se lever tôt, voire à l'aube ; ensuite, après le milieu de la journée (en suivant les horaires fixés par la Halakha) on fera un repas avec viande, poisson, légumes ou fruits avant le début de la dixième heure.

Si le matin on ne prend qu'un repas, il est bon pour la Se'ouda Chélichite de prendre des boulettes de Matsa pour les Achkénazim qui consomment de la Matsa cuite, sinon on se suffira de viandes ou autres, fruits ou légumes.

Quant aux Séfaradim, divers avis ont été prononcés : certains préfèrent la Matsa 'Achira sous bonne surveillance, d'autres conseillent de prendre de la Matsa cuite ou des boulettes, car même chez les Séfaradim, certains ont pris l'habitude de ne pas manger de la Matsa 'Achira (Kaf Ha'hayim 462,41). A défaut, on se contentera là aussi de viande ou autres.

Tout le monde s'entend à ce qu'il faut ne pas trop manger après la
dixième heure.


Rappelons que toute préparation de la fête durant le Chabbate est strictement interdite. Il faudra attendre la tombée de la nuit pour ce faire (voir calendrier).

Pessa'h Kachèr Vésaméa'h !


Rav Mickael Kottek






   

L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Halacha Yomit
http://halachayomit.co.il
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo