UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Élloul   Yom Hamishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Divers

Le Gaone de Vilna

Lundi 9 Février 2009 | 21h23   Vue : 1724 fois
 
 
 
 


Rav Eliyahou ben Shlomo Zalmane Landau, plus connu sous le titre du Gaon de Vilna est l'un des plus grands Rabbanim de l'ère des A'haronim, expert en Tora, Talmud, Kabale et Halakha. Le mot Gaon signifie non seulement génie, mais directeur d'une académie talmudique, un titre disparu.


1. Un génie précoce


      Il naquit en 1720, le premier jour de Péssa'h, dans une famille où l'on comptait de nombreux savants talmudistes à Vilna en Lituanie. Il manifeste des dons aussi précoces qu'extraordinaires.

      A trois ans, il mémorise tous les livres du Tanakh ; à sept ans, apprenant le Talmud sous l'aile du Rav Moché Margalite, Rav de Kaidan, auteur d'un commentaire sur le Talmud de Jérusalem. Il retient là aussi nombre de traités par cœur et à huit ans, il étudie l'astronomie.

      A dix ans , il devint impossible de lui trouver un maître et c'est chez lui, sans professeur, qu'il continua à apprendre la Tora et acquit une connaissance vaste et approfondie.

      A un âge plus avancé, il parcoure la Pologne et l'Allemagne, comme il était de coutume chez les Talmudistes de l'époque. Il revient à Vilna en 1748, déjà auréolé d'une renommée considérable. Âgé d'à peine vingt ans, il reçoit la visite de Rabbanim bien plus âgés pour trancher sur les questions halakhiques les plus épineuses. A son retour de Vilna, malgré ses efforts de dissimuler sa science et sa piété, de partout affluent les élèves désireux d'écouter ses enseignements et de prier dans son Beth-Hamidrach. Il est également prisé des savants non juifs qui apprécient ses inspirations en mathématiques et en astronomie.


Maison du Gaone en 1800
      Il se maria jeune et s'établit à Kaïdan, où il passa ses jours et ses nuits, enfermé dans sa chambre à étudier. Il y restait enfermé, enveloppé de son Talite et paré de ses Téfilline.

      Le Gaone était plongé jour et nuit dans la Tora, afin d'éviter les perturbations, il fermait les volets dans la journée et s'éclairait à la bougie ; craignant de s'endormir dans les longs mois d'hiver, il étudiait dans une chambre sans chauffage et trempait ses pieds dans une bassine d'eau froide ; il ne tenait jamais de vains propos.


La fameuse Yéchiva 'Ets 'Haïm de Rabbi 'Haïm de Volojine en 1800
      Ses disciples étaient en petit nombre, car le maître était exigeant ; parmi eux R. Chlomo Zalmane et Rabbi 'Haïm de Volojine.

      Celui-ci fonda par la suite une Yéchiva où l'on enseigna durant près de 100 ans la Tora suivant l'enseignement du Gaone. Deux autres disciples montèrent en Érèts Israël et fondèrent deux communautés, l'une à Jérusalem l'autre à Tsfat (Safed).


Une Responsa de la sainte main du Gaone
      Le Gaone lui-même, désirait se rendre en Erèts pour y accomplir les Mitsvote liées à la terre d'Israël, mais il se ravisa et retourna chez lui.

      Selon certains, on lui avait interdit l'accès car il portait une étincelle de Moché Rabbénou.

      Dans le domaine de la Kabbale, sa compréhension était d'un niveau tout aussi élevé ; il n'y avait pas pour lui d'opposition entre Talmud et Kabbale. Ces commentaires exprimant à des niveaux différents la vérité de la source biblique. Pour le maître, l'étude de la kabbale et du Zohar qui rapproche la délivrance.

      A sa grande science correspond une égale grandeur d'âme. De son maigre salaire, il prélevait 20% pour les œuvres de charité. Il lui arrivait de donner tout son avoir pour racheter des prisonniers ou pour doter une orpheline. Il choisit un jour de souffrir la faim plutôt que d'humilier celui qui l'avait volé.

      Reprochant l'abus du Pilpoul pratiqué dans les Yéchivote de Pologne, il insistait sur le fait que l'essentiel est de pénétrer l'intention. Au lieu de commencer par l'étude du Talmud, il exigeait que l'on commence dans l'ordre par la Mikra (Tanakh), puis la Michna et seulement ensuite le Talmud.



      Il demandait que chacun sache par cœur un traité talmudique pour méditer jour et nuit. Loin d'être contre l'étude des sciences, il exhortait ses disciples à étudier les sciences profanes afin que le sage juif sache répondre aux apostats (Apikoros), et pour que les non juifs ne puissent mépriser les juifs pour cette méconnaissance.


2. Le rôle des Mitnagdim



Lettre d'anathème du Gaone
contre les 'Hassidim
      Certains reconnaissent que l'influence du Gaone de Vilna a été positive, en ce qu'elle a obligé le mouvement 'Hassidique naissant à éviter d'aller trop loin dans ses innovations ou son antinomisme.

      L'antinomisme est l'opposition ou l'indifférence à la Loi, par volonté de mieux communier avec Dieu. Il s'agit d'une tendance récurrente dans les mouvements mystiques.

      L'opposition des successeurs du Gaone de Vilna va parfois très loin, jusqu'à dénoncer les premiers 'Hassidisme aux autorités étatiques pour tenter de gêner leurs actions "hérétiques". Les relations s'améliorent dans la seconde moitié du XIXe siècle.

      Dès l'apparition du 'Hassidisme, il sortit de son isolement et s'opposa à ce mouvement de toutes ses forces ; afin de bloquer la diffusion du 'Hassidisme en Lituanie, suite à sa propagation en Pologne et en Ukraine. Il craignait qu'à l'instar du Chabtaïsme, ce mouvement soit déviationniste. Inversement, les 'Hassidim critiquaient ceux qui voyaient le sommet de la piété dans l'érudition et ils reprochaient le manque d'enthousiasme dans la pratique des Mitsvote.


Rue dans laquelle habitait
le Gaone en 1758

Synagogue du Gaone détruite
par les Nazis

      L'enseignement du Gaone porte jusqu'à nos jours ses fruits comme on peut le remarquer par la foison d'école talmudique à travers le monde mais aussi sur la manière d'étudier très poussée.


Tombe du Gaone rénovée aujourd'hui
      La personnalité et la renommée du Gaone va bien au delà du temps et certains parmi les Grands de notre peuple n'ont pas hésité à le comparer aux Richonim tel qu'un Rachba ou un Ritva dans la compréhension et la transmission des textes saints.

      Il a brillé non seulement par ses connaissances en tous les domaines du judaïsme et dans la sainteté au cours des sa vie mais aussi dans toutes les sciences profanes. Ce qui a entrainé un très grand Kidouch Hachèm en son temps. Que son Mérite nous accompagne jusqu'à la Délivrance finale.


Plaque commémorative du Gaone à Vilna





   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Chevet Ahim
http://www.chevetahim.net/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo