UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist       Spécial Films historiques   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Dvar Tora

De 'Hanouka à Pourim

Lundi 1 Février 2010 | 08h45   Vue : 6804 fois
 
 
 
 



      Lorsque le "persécuteur de tous les Juifs", Hamane, arriva à décider le Roi Assuérus de signer les décrets visant à anéantir tous les Juifs du royaume, décrets royaux irrévocables, que firent les Juifs ?

      Ils décidèrent d'observer un jeune de trois jours, se réunirent dans leurs synagogues et maisons d'études pour supplier l'Eternel d'avoir pitié de son peuple et d'annihiler les projets de l'ennemi.

      Pourquoi ne décidèrent-ils pas dés ce jour de se préparer à la lutte, à la résistance armée ? (Ce n'est que par les décrets lancés deux mois plus tard par Mardochée et contresignés par le Roi que l'autorisation leur fut donnée - Note du traducteur).

      Mais lorsque les Syriens, sous le règne d'Antiochus, décidèrent d'imposer le culte et la culture grecque à tous les habitants du royaume, y compris ceux de la Judée, interdisant aux Juifs l'étude de la Tora et la pratique de ses commandements, que firent nos ancêtres ? Ils " prirent le maquis ", se révoltant contre les décrets de l'ennemi, décidé à lutter par les armes pour leur foi !


Antiochus
      Pourquoi n'appelaient-ils pas le peuple à se réunir pour prier, à ordonner des jeunes, à l'instar des juifs de Suse quelques siècles avant ? Leurs chefs étaient pourtant des Kohanim, guides spirituels de la Nation ?

      La Communauté d'Israël s'adressa en quelque sorte à l'Eternel en ces termes : "Ta lumière, la Tora, Tu nous l'as confiée ; notre lumière, le souffle de vie qui est en nous, elle est en Tes mains.

      Nous Te la confions, sachant que si nous veillons sur Ta lumière, Tu ne nous abandonneras pas au glaive de nos ennemis! Car ils en veulent à la fois à Ta lumière et à la notre, à notre vie spirituelle et à notre vie physique " !


      Lorsque l'ennemi en veut à l'existence physique d'Israël, c'est signe que notre vie spirituelle, que l'étude et l'observation de la Tora sont tombées très bas !

      La loi divine ainsi que la Chékhina nous ont déjà quittés, et l'ennemi veut détruire également notre lumière, le souffle de notre vie. Il ne reste dés lors à Israël qu'une voie : la Téchouva, le retour sincère aux sources mêmes, afin que la Chékhina revienne : aucun ennemi ne pourra alors nous détruire !

      Mais lorsque le Roi Antiochus voulait éteindre, étouffer la lumière divine en nous, en interdisant l'étude de la Tora et la pratique des Mitsvote, nos ancêtres n'avaient que le choix entre abjurer, trahir leur serment de fidélité à Dieu, ou se révolter et lutter contre l'ennemi, jeter leur vie dans la balance ! Car ils savaient qu'une vie sans Tora n'a plus de valeur.


      Aussi 'Hanoukka n'est pas fêtée de la même façon que Pourim : ni festins, ni lecture d'une Méguila mais commémoration du miracle de la fiole en allumant les lumières.

      Car le but essentiel de la lutte contre les Syriens, c'était de préserver la lumière divine de la Tora que l'ennemi voulait éteindre à tout jamais !

      Nous entonnons en plus le cantique du Hallèl, afin d'exalter nos âmes au souvenir de la victoire de cette poignée d'hommes, inspirés par le souffle divin de la Tora, sur un ennemi supérieur en nombre et puissamment armé ! Cette victoire devait prouver à notre peuple que la Chékhina résidait toujours à Sion!


      A Pourim, au contraire, l'ennemi ne s'était pas contenté de combattre l'esprit : il visait, comme ses imitateurs des temps modernes, à l'extermination de tous les Juifs, fidèles et infidèles, assimilés et pratiquants.

      C'est pourquoi les réjouissances matérielles, dont la Sé'ouda (repas) obligatoire, caractérisent la fête.

      La récitation de " 'Al Hanissim ", pour remercier Dieu de nous avoir sauvés des dangers qui nous menaçaient, est commune aux deux fêtes.

Éphémérides de l'année juive






   

L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Hadaf hayomi
http://hadafhayomi.co.il/index.php?l=fr
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo