UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Omer   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

Les violons de l'espoir

Lundi 1 Aout 2016 | 18h54   Vue : 893 fois
 
 
 
 

Il y a 71 ans, le 27 janvier 1945, tout en repoussant devant elles la Wehrmacht, les troupes soviétiques découvrent le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, à l'ouest de Cracovie (Pologne), aujourd'hui le plus emblématique des camps nazis. Accueillies par 7000 détenus survivants, elles ont la révélation de la Shoah.


Pour ne jamais oublier l’Holocauste, un luthier israélien répare les « violons de l’espoir »

Grâce au travail et à l'engagement d'un luthier de Tel-Aviv, des instruments de musique utilisés pendant la période de la Shoah connaissent une nouvelle vie.

« Pendant la guerre, les Allemands utilisaient ce violon pour piéger les juifs. Quand ils sortaient des trains, à l’arrivée au camp, entendaient le son du violon et se disaient ‘rien ne peut nous arriver ici, il y a un violon qui joue’. 50 mètres plus tard, c’était la chambre à gaz »

Ce violon, c’est l’un de ceux que répare Amnon Weinstein. Luthier israélien exerçant à Tel-Aviv, Amnon voue sa vie à une entreprise du souvenir. Depuis depuis près de vingt ans, il restaure des violons – et plus rarement, des violoncelles – qui ont servi pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans les camps de concentration nazis et dans les ghettos.

BBC News lui consacre un reportage audio, alors que le monde célèbre ce 27 janvier les 70 ans de la libération d’Auschwitz-Birkenau, le plus meurtrier de tous les camps d’extermination, symbole de la barbarie nazie.

Une rescapée, dans un témoignage recueilli par Géopolis, a raconté comment elle a intégré l’orchestre d’Auschwitz, qui jouait aussi pour les SS, lui a sauvé la vie.


La première rencontre d’Amnon avec un violon de ce type a eu lieu il y a 50 ans, expliquait-il en 2012 à la radio américaine NPR. Il lui aura fallu près de 30 ans pour se décider à initier un véritable projet de restauration et une exposition, baptisés a posteriori « Violins of Hope », les « Violons de l’Espoir ». Une fois les instruments restaurés, il est possible d’en jouer à nouveau. Amnon a confié l’un d’entre eux à David Russell, un vieil ami professeur de musique aux États-Unis.

De simples instruments de musique, ces violons sont devenus récipiendaires de la mémoire collective, d’autant plus que le violon est un élément très populaire dans la culture juive – notamment par le Klezmer, une tradition ashkénaze de musique festive quasiment décimée par la Shoah. Parmi les violons qu’Amnon a restaurés, bon nombre sont ornés d’une étoile de David nacrée.


Restaurer ces violons, les faire sonner à nouveau, c’est œuvrer pour ne jamais oublier. Une manière universelle de se souvenir : « Le violon parle toutes les langues », affirme Amnon. Depuis qu’il a commencé, en 1996, le luthier a déjà restauré plus d’une trentaine de violons :

« C’est comme une grande forêt d’instruments qui jouent pour la mémoire de nombreuses personnes »

«Je le fais d’abord pour ma famille» précise Amnon à la BBC. Grands-parents, cousins, oncles, tantes : une grande partie de ses proches a péri pendant la Seconde Guerre Mondiale.

« Je le fais aussi pour les autres », ajoute-t-il. Les autres, ou les millions de personnes, principalement juives, assassinées dans les camps de concentration entre 1940 et 1945 – dont plus d’un million cent mille personnes rien qu’à Auschwitz.



Témoins du destin tragique de leurs anciens propriétaires, ces violons sont confiés à des concertistes qui leur redonnent vie sur scène. «J'ai donné des milliers de concerts, mais je n'ai jamais été autant bouleversé que lorsque j'ai tenu le violon d'Auschwitz entre mes mains», explique le soliste Guy Braunstein, premier violon de la Philharmonie de Berlin.

L'instrument qu'il évoque appartenait à un musicien d'orchestre qui devait jouer du violon chaque jour au camp de concentration d'Auschwitz pendant que les détenus du camp passaient sous le portail pour aller exécuter leur travail forcé.


Guy Braunstein s'est produit à Tel Aviv devant un public ému aux larmes. Ce n'était pas la première fois. Le 26 janvier 2015, à l'occasion du 70ème anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, treize violons issus de la collection d'Amnon Weinstein étaient réunis sur la scène de la Philharmonie de Berlin pour un concert en hommage aux victimes de l'Holocauste, durant lequel les musiciens avaient joué des œuvres de Bach, Beethoven, Mahler et Bruch, rapportait alors le quotidien Berliner Zeitung.






   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Le répertoire
http://www.lerepertoire.co.il/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo