UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Pourim   Yom Sheni
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Divers   |   Dvar Tora   |   Les Fêtes   |   Halakha   |   Le Saviez Vous ?   |   Documents PDF
 

  Accueil Dossiers Le Saviez Vous ?

L'incroyable histoire des juifs chinois

Dimanche 24 Juillet 2016 | 16h47   Vue : 9879 fois
 
 
 
 



1. Des Juifs sous les Han

Dans la tradition chinoise, compte tenu des différentes invasions, la référence primordiale qui rattache chaque chinois est la dynastie des Han.

Les premiers documents que l'on trouve sur la présence de juifs en Chine sont :
1) Un morceau de lettre en Judéo-Persan daté de 718 av. JC. C'est une lettre d'un marchand juif à son frère, elle a été découverte à Dandan Uilliq, une ville sur la route de la Soie. Dans cette ville, les fouilles anglaises et françaises dans les premières années du XXème siècle ont permis de trouver un document en judéo-persan. Cette lettre provenait d'un marchand juif à son frère habitant, faisant du commerce avec la Chine.
2) Une page de Séli'hote (prières de pénitence pendant le mois d'Elloul jusqu'à Yom Kippour), datant du VIIIème siècle et découverte par Sir Aurèle Stein en 1908 dans les fameuses grottes aux 10.000 bouddhas dans la Province du Kansu, près du désert de Tarim. Cette page de Séli'hote se trouve aujourd'hui à la Bibliothèque Nationale.


2. Les Juifs de Kaifeng à travers la Route de la Soie



Une des rares familles juives de Kaifeng 1895
Même si vers 960, l'Empereur Song ZHAO KUNANG YIN donna son autorisation à un groupe de marchands Juifs pour s'établir à Kaifeng en leur disant : "Vous êtes venus dans notre Chine, Respectez et gardez les traditions de vos ancêtres et installez-vous ici à Pien-Liang (Kaifeng)".

La fondation de la Communauté Juive dans l'ancienne Capitale de l'Empire du Milieu n'a pu se réaliser que quelques années plus tard. En effet, ce n'est qu'après une sinisation complète des Juifs que ceux-ci purent construire une synagogue en 1170. Le Père Jésuite Mattéo Ricci fut le premier rencontrer un mandarin juif originaire de cette ville à Pékin.

Trois Jésuites : Gozani, Domenge et Gaubil, sur les traces de Ricci, rencontrèrent vers 1720 les juifs de Kaifeng, ils relevèrent les inscriptions religieuses en chinois et en hébreu et firent des dessins de l'intérieur et de l'extérieur de la synagogue.


3. Des Communautés Juives dans l'Empire du Milieu


Nous savons qu'il y avait des communautés juives ou des Juifs à :
Ning-po: "La Vague de la Paix", est située sur l'embouchure du Yongjiang. Elle devint au VIIème siècle un important port de commerce avec le Japon et connut son âge d'or au XIIème siècle, grâce à sa proximité avec Hangzhou, dont les Song du Sud firent leur capitale de 1138 à 1276.


Il y a eu une communauté juive plus ou moins forte à Ning-Po, les Juifs de Kaifeng y auraient acheté des rouleaux de Thora.

• Ning-hia: La stèle de 1489 fait également état de la présence de Juifs à Ning-hia. Il est en effet gravé dans la pierre : "Kin Siuen de Ning-hia, dont un des ancêtres avait rempli la charge de président de la Cour des Banquets de l'Etat..." Un peu plus loin dans la même inscription, il est dit : "Kin Yng de Ning-hia et Kin Li de Sian-fou, descendants des hommes dit T'sing-tchen (Juifs), avons élevé cette stèle..."

• Yangchow: Il y avait des individus juifs à Yangchow. La stèle commémorative de 1512 raconte que les Juifs de Kaifeng purent obtenir un rouleau de Thora d'un juif originaire de cette ville.

• Hangzhou: Siège de l'Empire de 1138 à 1279, la ville prospéra en accueillant fonctionnaires, écrivains et lettrés dans le sillage des princes. Il est fort probable que quelques juifs de Kaifeng suivirent l'Empereur dans sa nouvelle capitale.

• Pékin: Selon Marco Polo, un groupe de Juifs vivait à Kambalic. Le Mandarin Aï Tian rencontra le Père Mattéo Ricci à Pékin. Il ne fait aucun doute que d'autres juifs vécurent ou passèrent à Pékin.

• Kang-Tchou: Jacques Aron, cousin du Grand Rabbin de Strasbourg, annonça qu'il y avait en dehors des Juifs de Kaifeng d'autres anciennes communautés juives en Chine. Il parle de Kang-Tchou (Canton? Kuang-Tung, Kouang-Tchéou-Po?) où des Juifs se seraient installés après la guerre des Tartares et des Chinois.

• Nankin: elle est l'une des plus belles villes de Chine. Il y aurait eu des juifs pendant très longtemps. Ainsi que Ningsia: Le Père Gaubil dit dans sa lettre de 1725 que des livres juifs proviennent de Ningsia.


4. Les Juifs d'Inde, originaires d'Irak à Shanghaï



Famille Sassoon à Shangaï en 1860
Au début de la colonisation de l'Inde par les Anglais, beaucoup de juifs de Perse ou d'Irak, allèrent s'installer à Bombay ou dans d'autres grandes villes pour y faire du Commerce.

Après le Traité de Nankin en 1841, les Anglais ouvrirent cinq ports sur les côtes chinoises dont celui de Shanghai. Les Sassoon furent les premiers juifs commercer puis à s'installer à Shanghai. Ils commerçaient de tout, le coton, différentes denrées, et bien sur l'opium. De grandes familles battirent ainsi des fortunes immenses parmi elles, les Hardon, les Kadouri etc... Elles fondèrent vers 1860 des synagogues à Shanghaï et à Hong-Kong ainsi que différentes associations de bienfaisance. A Hong-Kong, le premier gouverneur fut un juif du nom de Mattews. Dès le Traité de Nankin, des marchands juifs orientaux avaient fondé de petites communautés à Canton, à Amoy etc... Jacques Aron, neveu du Grand Rabbin de Strasbourg, vécut quelques années en Chine. Dans une lettre adressée de Shanghai en 1855, il raconte qu'il a entendu parlé de quelques juifs à Amoy. L'Alliance Israélite Universelle qui avait été créé à Paris en 1860 avait de nombreux comités à travers le monde notamment à Shanghaï et à Hong Kong. Elias Kadouri finançait depuis Shanghaï des écoles juives en Irak par le biais de l'AIU.


5. Des Juifs Achkénazim en Chine au XXème siècle



Dans les rues de Shanghai pendant
la Seconde Guerre Mondiale
En 1862, M. Simon, un diplomate français, parle d'une présence juive à Tien-Tsin d'environ 150 à 300 personnes. C'est une des premières communautés Ashkénazes. établies en Chine, elle a été fondée vers 1858.

Les principales villes habitées étaient:
• Hong Kong: Les premiers juifs arrivèrent à Hong Kong en 1842, année même de la fondation de la colonie britannique. Si les Sassoon furent la première famille juive à s'installer à Hong Kong, la communauté s'organisa à partir de 1857 et la Synagogue Ohel Léa fut ouverte en 1901.
Shanghaï: Sorti des marais, ce port créé de toutes pièces par les Britanniques deviendra la ville la plus prospère de la Chine Occidentalisée. Le "Paris de l'Orient" et le Bund, ses Champs Elysées, accueillera différentes communautés Juives à diverses époques.
• Harbin: A la fin du XIXème siècle de nombreux juifs russes vinrent s'installer à Harbin, capitale de la Mandchourie. Les uns venaient pour la trappe, les autres comme ouvrier sur le transsibérien. Beaucoup de Juifs étaient venus peupler Harbin soit dans le commerce des peaux, de la chasse ou dans un travail tournant autour de ces professions.


En 1862, M. Simon, un diplomate français, parle d'une présence juive à Tien-Tsin d'environ 150 à 300 personnes. C'est une des premières communautés Ashkénazes. établies en Chine, elle a été fondée vers 1858.

Le transsibérien amena aussi un grand nombre de juifs. De nombreux juifs travaillaient soit sur les ballasts soit dans les bureaux comme ingénieur ou autre.

Un troisième groupe juif vint trouver refuge à Harbin; les survivants de l'armée russe après les défaites de Port-Arthur et de Tsou-Shima en 1905. Une synagogue monumentale fut bâtie à Harbin et le Président de la Communauté, Joseph Kaspé, était un juif naturalisé français. Dans les années 30, les Japonais qui avaient conquis la Mandchourie eurent l'idée de créer un état juif dans cette province en parallèle au Manchoukuo.


6. La Shoah



Devant le péril de l'extermination par les nazis, quelques communautés Juives de l'Europe Orientale ont pu fuir et se réfugier en Chine. Il y aura deux itinéraires sur deux périodes différentes :

1) Le Canal de Suez
Vers 1933, devant le danger que représentait le Nazisme, les juifs allemands comprirent qu'il fallait quitter le pays. La seule ville qui pouvait les recevoir sans demander de visa était alors Shanghaï. Les autorités allemandes laissèrent partir un grand nombre de juifs sur des bateaux italiens pour la Chine via le Canal de Suez.
2) Vladivostok En 1940, le Consul japonais de Kaunas, Chiune Sugihara, délivra plus 2.139 visas permettant à plus de 6.000 juifs de quitter la Lithuanie pour se rendre en Extrême-Orient. Dans un premier temps, les juifs furent dirigés sur Kobé et après Pearl Harbour, ils furent expulsés vers Shanghaï. A Shanghaï, une grande partie de cette population fut parquée dans le Ghetto de Hongkew mais jamais les autorités japonaises n'acceptèrent les thèses de la solution finale de leurs alliés allemands. Si Oscar Schindler a sauvé 1 000 juifs, Shanghai en a sauvé 30. 000. La prise de pouvoir de Mao Tzé Dong et la proclamation de la République Populaire de Chine, la majorité des réfugiés décida de quitter le pays pour s'installer en Israël, en Amérique, en Australie ou en Europe.



Première synagogue de Shangaï Ohèl Rahel 1920
Toujours est-il qu'en 1949, lors de l'indépendance et la création de la République Populaire de Chine, la plupart des Juifs qui vivaient en Chine partirent vers d'autres horizons notamment en Israël.

En 1955, David HaCohen, qui avait été ambassadeur d'Israël en Birmanie, fut invité en Chine par Chou En Laï. Il s'y rendit et rencontra encore quelques juifs à Canton et à Shanghai. Mais jusqu'en 1997, il n'y avait quasiment plus de juifs en Chine (100). Avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine, il y en a de nouveau. En 1996, le Rabbin Sultanik parlait de quatre synagogues, un nouveau centre communautaire et une communauté forte de 3000 personnes.

6. La renaissance de la communauté

Avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine, on assiste au renouveau de la communauté. En 1996, le Rabbin Sultanik parlait de quatre synagogues, un nouveau centre communautaire et une communauté forte de 3000 personnes.






   

L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Beth Hamidrach Michné Torah
http://michne-torah.e-monsite.com/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo