UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Omer   Yom Sheni
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Les saveurs   |    Enigmes   |    Histoires de la vie  
 

  Accueil Bonus Histoires de la vie

Un sceau d'approbation

Jeudi 16 Juin 2011 | 15h17   Vue : 1504 fois
 
 
 
 

Rabbi Yits'hak Dwek, l'éminent Rav de la communauté syrienne séfarade de Deal, dans le New Jersey, commenta de façon inoubliable un enseignement talmudique lors de sa conférence à la Convention Nationale d'Agoudath Israël d'Amérique.

"Les 'Hazal (Sages du Talmud) (Guittin 7a) nous enseignent," dit-il, que "lm roéh Adam chémézonotav métsoumtsamin ya'assé méhen tsedaka : si quelqu'un voit que ses ressources sont à peine suffisantes, il doit faire la charité avec l'argent qu'il a." Cela semble déconcertant," déclarait Rabbi Dwek, "car en pratiquant la charité, l'on réduit d'autant ses biens matériels.

Pourquoi les 'Hazal nous donnent-ils un conseil qui semble si contradictoire?"

Rabbi Dwek expliqua cet enseignement énigmatique par une belle parabole qu'il avait entendue en Syrie pendant son enfance.
Il était une fois un homme pauvre et simple qui vivait dans un petit village. Il voulait envoyer une lettre et apprit qu'il devait se rendre à la poste centrale dans la grandE ville.

Il se rendit donc dans la grande ville, trouva la poste et tendit sa lettre au fonctionnaire derrière son guichet. "JE voudrais envoyer cela à un ami, ' annonça-t-il fièrement".

Le fonctionnaire ramassa la lettre, la plaça sur une balance, puis se tourna vers le villageois et dit: ''Je suis désolé, mais cette lettre est trop lourde. "

"Trop lourde?" s'écria le villageois. "Que dois-je donc faire ?"

"Mettez encore deux timbres," répliqua le fonctionnaire, surpris.

Le villageois, perplexe, regarda le fonctionnaire et dit:

"Mais, monsieur, voyons! Si je mets encore deux timbres, cette lettre sera encore plus lourde!"

Si la lettre devient bien sûr techniquement plus lourde en ajoutant des timbres, ce sont les timbres (et l'argent qui a servi à les acheter) qui lui permettent en fait d'atteindre sa destination. Il en va de même avec la pratique de la charité. Bien qu'un don réduise techniquement la quantité d'argent dont nous disposons, c'est en réalité le catalyseur qui accroîtra notre for¬tune. Comme le disent les 'Hazal (Taanit 9a): "'Asser bichvil chétit'acher : Paye ta dîme afin de t'enrichir."
   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Levallois
http://www.accil.org/
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo