UniversTorah      Questions aux  Rabbanim      Médiathèque &  Playlist      Special Rav Ovadia Yossef   Yom Shishi
 
Infos Vidéos Photos Chiourim Dossiers Annuaire Qui sommes nous ? R. Shlomo Aben Danan Faire un don BONUS
    Les saveurs   |    Enigmes   |    Histoires de la vie  
 

  Accueil Bonus Histoires de la vie cat1

La Tsédaka sauve de la mort !

Dimanche 16 Janvier 2011 | 13h00   Vue : 1314 fois
 
 
 
 

Madame K. habite dans un Mochav. Un midi, elle téléphone à son frère Acher, étudiant dans une Yéchiva à Bné Brak, et lui dit : » Acher, je ne peux pas attendre plus longtemps. Je dois absolument te raconter ce que j’ai fait aujourd’hui – ce matin, je suis allée frapper à la porte de ma voisine. Je la trouvai en larmes et je lui demandai ce qui se passait. Elle me dit qu’elle n’avait aujourd’hui, même pas de quoi acheter du pain pour ses enfants tant leur situation financière était dramatique.

- Ton mari a perdu son travail ? lui ai-je demandé.
- Pas du tout, mais il gagne à peine 10 shéquel de l’heure et cela ne suffit pas pour nourrir toute une famille.

J’avais le cœur brisé. Je réfléchis un instant, puis je lui dis que j’allais revenir très vite et qu’elle ne devait pas s’inquiéter.
J’appelai mon patron et lui annonçai que je ne pourrais pas venir travailler ce matin et que j’étais désolée.

Je pris ensuite ma voiture et fis le tour de tout le Mochav en demandant à chacun des habitants de l’argent afin d’aider cette famille. Très rapidement, je ramassai une belle somme : 2500 shéquel !
Je me rendis ensuite au supermarché et remplis un grand caddie avec toutes les denrées indispensables : pain, lait, sucre, viande, conserves, etc…

Je retournai ensuite au plus vite chez ma voisine qui éclata en sanglots quand elle vit tout ce que j’apportais. Ses sanglots redoublèrent quand je lui tendis l’enveloppe qui contenait le reste de l’argent que je n’avais pas dépensé, et je me mis à pleurer à mon tour tant j’étais émue par se joie.
Une joie intense avait envahi mon cœur, j’avais eu le privilège d’aider une famille d’Israël. »

Quand elle eut fini son récit, Acher, admiratif lui dit qu’elle avait fait une Mitsva extraordinaire et que son sort était à envier !

Pourtant…
Le soir de cette même journée, Mme K rappela son frère mais cette fois-ci pour lui annoncer une nouvelle dramatique.
Son mari, en faisant marche arrière avec sa camionnette, n’avait pas vu leur fillette d’un an et demi qui était sortie de la maison toute seule et...

- Acher, dit Mme K, nous sommes dans une ambulance en route pour l’hôpital, prie pour nous. Je te tiens au courant.
Acher, très inquiet, se rendit immédiatement au bureau du directeur de sa Yéchiva et lui raconta le drame. Le directeur prit à l’instant même toutes les dispositions nécessaires, interrompit l’étude de toute la Yéchiva et demanda à chacun de prier de tout son cœur pour la nièce du jeune homme, de lire des Téhilim et d’implorer la clémence divine.
Le lendemain, à l’aube, Mme K rappela son frère et lui raconta les derniers évènements : arrivés à l’hôpital la veille, les médecins ayant ausculté leur fille, annoncèrent à leur stupéfaction, qu’elle n’avait…rien !

Nous avons insisté, nous leur avons raconté en détails et plusieurs fois tout l’accident, mais ils nous ont affirmé que la petite était en parfaite santé, qu’elle n’avait pas la moindre égratignure et que nous avions dû mal voir ce qui s’était réellement passé. Je ne pouvais pas le croire, mon mari leur dit qu’il avait senti qu’il roulait sur quelque chose, nous les avons suppliés de la garder en observation, et ils ont fini par accepter. Ils ont alors fait des examens plus approfondis, et nous ont annoncé ce matin que définitivement, et sans aucun doute, la petite chérie était en parfaite santé;
- Un miracle, c’est un véritable miracle ! s’exclamait cette maman éprouvée, dont le visage était inondé par de chaudes larmes de joie qui coulaient malgré elle.
Extraordinaire, n’est-ce pas ? Mais… attendez la suite !

Dans l’après-midi de cette même journée, un petit garçon qui se trouvait dans un car de ramassage scolaire demanda au chauffeur de s’arrêter au plus vite, se sentant très mal, il avait besoin de vomir !

Le chauffeur s’arrêta, au beau milieu du désert, l’enfant descendit et ce petit incident retarda tout le monde d’au moins un quart d’heure !
Puis le car poursuivit son itinéraire habituel, lorsque quelques kilomètres plus loin, le chauffeur vit des voitures de police et un attroupement sur le bord de la route. Il s’arrêta une nouvelle fois pour demander ce qui s’était passé, et à la stupéfaction générale, ils apprirent qu’un terroriste arabe avait attendu leur car, avec le projet de s’y agripper lors de son passage, et ayant une bombe attachée à sa ceinture, de faire exploser tout le monde, lui-même compris.

Or, le car ayant eu du retard et sa bombe étant programmée, il avait explosé tout seul ! Grâce à D.

Au même moment, une histoire similaire se produisait avec un autre car scolaire à seulement quelques kilomètres de là !

Et savez-vous d’où venaient les enfants qui se trouvaient dans ces deux cars scolaires ?
Du Mochav dans lequel, Mme K vivait, et auprès des habitants duquel elle avait récolté de l’argent pour aider sa voisine en difficulté !
Quelques jours plus tard, tous se réunirent pour un repas de remerciement au Maître du monde…

« Notre Protecteur qui ne dort jamais et protège toujours Son Peuple »


   


L'extraordinaire prédiction du Rav Ovadia Yossef
La fabrication du vin Kacher
Laurel et Hardy, danseurs Yéménites
Bar Yo'haï, pilier du monde
Peut on faire une bénédiction sur un aliment interdit ?
Jerusalem 1935



Annuaire de sites
Découvrez
Charenton le Pont et Saint-Maurice
http://www.acicharenton.fr/index.php?id=1&pid=1
 

    © Copyright UniversTorah.com 2011 - Tous droits réservés à Na'halat Shlomo